Le vote par anticipation, annonciateur d'une participation historique?

Dès le 20 septembre 2008, les Américains ont commencé à voter pour les élections du 4 novembre dans l'Idaho, le Delaware ou encore la Floride. Pas moins de 34 États, ainsi que le District de Columbia, autorisent en effet le vote par anticipation. Ce vote a donc commencé dès la fin du mois de septembre par voie postale. Et, en personne, il a débuté à la mi-octobre. Alors que cette procédure était en principe subordonnée à la justification de leur absence le jour du scrutin, elle a été assouplie depuis 2004, dans l'objectif avoué de réduire les files d'attente le 4 novembre prochain.

Le vote par anticipation obtient un très grand succès. En 2000, 15 % de l'électorat s'était prononcé avant la date officielle du scrutin, le premier mardi du mois de novembre. Cette proportion a été de 22,5 % en 2004 et elle devrait se situer aux alentours de 33 % en 2008, avec des sommets autour de 50 % dans certains États. Ironie du sort, dans les États-clés où le vote par anticipation a débuté (la Floride, le Colorado, l'Ohio, le Nevada, la Caroline du Nord et la Virginie), les électeurs ont souvent dû patienter des heures pour se rendre aux urnes.

Conscients de l'importance de ces votes malgré les défis qu'ils représentent, les candidats démocrate et républicain et leurs organisations dans chaque État sont ainsi mobilisés depuis de nombreuses semaines pour inciter leurs partisans à aller voter avant le 4 novembre. Le vote par anticipation est même parfois envisagé comme une des clés de l'élection, comme en Floride, où les démocrates ont dépêché Hillary Clinton et Michelle Obama le jour même de l'ouverture des bureaux de vote.

L'énorme succès qu'a obtenu le vote par anticipation cette année (dans bien des comtés, les chiffres ont été multipliés par deux, par rapport à 2004, en l'espace de quelques jours) laisse présager une mobilisation exceptionnelle pour ces élections. Selon les estimations du professeur Michael McDonald, de l'université George-Mason, le 20 octobre 2008, plus de 2,2 millions d'électeurs américains s'étaient déjà prononcés.

Le taux de participation devrait dépasser les 60 % de 2004 et approcher, voire surpasser, le record de 64 % atteint en 1960. Avec pas moins de 213 millions d'électeurs potentiels, les élections de 2008 devraient être alors celles où le plus d'Américains auront voté dans l'histoire des États-Unis.

À voir en vidéo