La navette chinoise s’arrime à sa nouvelle station spatiale

Le vaisseau Shenzhou-12 s’est arrimé à la station spatiale Tianhe environ six heures après son décollage, jeudi.
Photo: CCTV via AP Video) Le vaisseau Shenzhou-12 s’est arrimé à la station spatiale Tianhe environ six heures après son décollage, jeudi.

La navette chinoise et son équipage de trois personnes ont atteint la nouvelle station spatiale mise en orbite par la Chine pour entreprendre une mission de trois mois. Le vaisseau Shenzhou-12 s’est arrimé à la station spatiale Tianhe environ six heures après son décollage, jeudi.

Au cours des prochains mois, l’équipage procédera à des expériences scientifiques, à des tests d’équipement ainsi qu’à diverses tâches d’entretien et de préparation de la station en vue de l’arrivée de deux modules laboratoires l’an prochain.

Avec cette mission, on compte maintenant 14 astronautes envoyés dans l’espace par la Chine depuis 2003.

C’est sous un ciel matinal ensoleillé que la Chine a lancé sa première mission habitée en cinq ans, jeudi, envoyant trois pilotes militaires et scientifiques vers sa nouvelle station orbitale.

Avant le décollage, les trois astronautes ont été aperçus portant leur costume de protection aux côtés de responsables de la mission spatiale et de militaires. Une foule d’enfants brandissant des fleurs et chantant des hymnes patriotiques étaient aussi sur place.

Les trois astronautes ont offert un dernier au revoir à la foule et ont pénétré dans l’ascenseur devant les mener à l’intérieur de la navette sur la plateforme de lancement du centre Jiuquan dans le nord-ouest de la Chine.

La navette Shenzhou-12 a été lancée accrochée à la fusée Longue marche-2F Y12 tout juste après la mise à feu prévue pour 9 h 22, jeudi matin.

L’équipage est composé de deux vétérans et d’une recrue qui en est à sa première mission dans l’espace.

La fusée s’est détachée de ses propulseurs environ deux minutes après le décollage, puis c’est la bobine entourant la navette au sommet de la fusée qui s’est retirée, ce qui a permis à la navette de se détacher environ dix minutes après le lancement. La navette a alors déployé ses panneaux solaires et est entrée en orbite.

La Chine est le troisième État à lancer des missions habitées par ses propres moyens après l’ancienne Union soviétique et les États-Unis.

Si les trois astronautes de cette mission sont tous des hommes, deux femmes ont déjà été envoyées dans l’espace par la Chine lors de missions précédentes. D’autres femmes devraient prendre part aux prochaines missions vers la station spatiale également connue sous le nom « Harmonie céleste ».

Cette mission est la troisième d’une série de 11 prévues jusqu’à la fin de l’année prochaine avec pour objectif d’ajouter des modules supplémentaires à la station et de l’équipement. Un nouvel équipage de trois astronautes sera envoyé en relève dans trois mois.

La Chine ne participe pas à la coalition derrière la Station spatiale internationale, principalement en raison de l’opposition des États-Unis au programme chinois couvert par le secret et jugé trop près des militaires.

Toutefois, la Chine a commencé à élargir sa coopération avec la Russie et divers autres États. Sa station spatiale pourrait d’ailleurs continuer d’opérer après la fermeture de la Station spatiale internationale dont la durée de vie tire à sa fin.

Par ailleurs, la Chine a réussi à envoyer un véhicule d’exploration sur Mars, le mois dernier. Elle avait fait de même précédemment sur la face la plus éloignée et la moins explorée de la lune afin de rapporter sur Terre les premiers échantillons lunaires depuis les années 1970.

À voir en vidéo