Nouveau plan d’urgence prochainement au Japon

Ce plan d'urgence utilisera des fonds de réserve à hauteur de plus de 270 milliards de yens (3,35 milliards de dollars canadiens).
Photo: Charly Triballeau Agence France-Presse Ce plan d'urgence utilisera des fonds de réserve à hauteur de plus de 270 milliards de yens (3,35 milliards de dollars canadiens).

Le premier ministre japonais Shinzo Abe s’est engagé samedi à introduire, d’ici à une dizaine de jours, une nouvelle batterie de mesures contre la propagation du coronavirus.

« Nous allons rapidement établir un plan d’urgence » en utilisant des fonds de réserve à hauteur de plus de 270 milliards de yens (3,35 milliards de dollars canadiens), a déclaré M. Abe au cours d’une conférence de presse.

À la mi-février, le gouvernement nippon avait décidé de mettre de côté 15,3 milliards de yens contre le virus, notamment pour renforcer les tests, les contrôles aux frontières et soutenir les fabricants de masques.

Au moins 230 porteurs du virus ont été répertoriés sur le sol japonais, dont cinq sont décédés.

Les autorités soulignent que les deux à trois semaines à venir seront déterminantes pour savoir si la propagation du virus peut être jugulée.

« Nous ne pouvons pas parvenir à une victoire dans cette bataille avec la seule action du gouvernement […] mais je suis convaincu que nous allons surmonter cela », a déclaré le premier ministre, appelant « chacun à coopérer ».

À la surprise générale, M. Abe a demandé jeudi soir la fermeture de toutes les écoles publiques à partir de lundi pour environ un mois.

L’annonce a suscité de vives réactions et critiques de la part de parents en mal de garde d’enfants, d’élus pris de court et d’enseignants. Le gouvernement ne peut ordonner de fermer les écoles, cette compétence revenant aux autorités locales dont beaucoup ont dit ne pas avoir été consultées.

Le gouvernement japonais a également demandé cette semaine d’annuler ou de réduire l’ampleur des grands rassemblements dans les prochaines semaines.

L’exécutif de l’archipel a été critiqué pour sa gestion de la mise en quarantaine du navire de croisière Diamond Princess où plus de 700 cas d’infection au coronavirus se sont développés.

Le sort des Jeux olympiques, qui doivent débuter en juillet à Tokyo, a été soulevé à plusieurs reprises.

Le président du Comité international olympique (CIO) Thomas Bach a assuré vendredi que son institution était « totalement déterminée » à maintenir les Jeux malgré la propagation de l’épidémie de coronavirus à travers le monde.

Le projet de visite d’État du président chinois Xi Jinping prévue au printemps « reste actuellement inchangé », a déclaré M. Abe.