L’ex-président pakistanais Pervez Moucharraf condamné à mort pour «haute trahison»

Le général Moucharraf était parvenu au pouvoir par un coup d’État sans effusion de sang en octobre 1999, puis s’était autoproclamé président en juin 2001, avant de remporter en avril 2002 un référendum controversé. Il était resté à la tête du Pakistan jusqu’en 2008.
Photo: Jewel Samad Archives Agence France-Presse Le général Moucharraf était parvenu au pouvoir par un coup d’État sans effusion de sang en octobre 1999, puis s’était autoproclamé président en juin 2001, avant de remporter en avril 2002 un référendum controversé. Il était resté à la tête du Pakistan jusqu’en 2008.

L’ex-président pakistanais Pervez Moucharraf, en exil à Dubaï, a été condamné à mort par contumace mardi pour « haute trahison », a annoncé la radio publique, une première dans un pays où l’armée est souvent considérée comme à l’abri des poursuites.

La condamnation de ce personnage central de l’histoire récente du Pakistan a trait « à la décision qu’il a prise le 3 novembre 2007 », soit l’imposition de l’état d’urgence dans le pays, a déclaré à l’AFP son avocat, Akhtar Shah. L’ex-président « n'a rien fait de mal », a-t-il souligné.

Un haut magistrat pakistanais a confirmé à l’AFP la sentence et le chef d’accusation.

Pervez Moucharraf avait alors invoqué la défense de l’unité nationale face au terrorisme islamiste et l’opposition de la Cour suprême, qui devait se prononcer sur la légalité de sa réélection un mois plus tôt, pour suspendre la Constitution.

« Le terrorisme et l’extrémisme sont à leur apogée », avait justifié le général, qui s’en était également pris au « militantisme judiciaire ».

Cette mesure très impopulaire, levée en décembre 2007, avait fini par causer sa chute moins d’un an plus tard.

« Il avait l’immunité. Il était le chef d’état-major, il était le président du Pakistan et le commandant suprême des forces armées », a observé mardi son avocat Akhtar Shah.

Début décembre, une vidéo avait circulé montrant Pervez Moucharraf dans un lit d’hôpital, où il se plaignait de « vertiges » et racontait s’être « évanoui ». « Cette affaire est sans fondement », avait-il lancé d’une voix faible. « J’espère obtenir justice ».

Talat Masood, un général en retraite et analyste sécuritaire, a qualifié le verdict d'« extraordinaire », quand l’armée est toute-puissante au Pakistan, qu’elle a gouverné près de la moitié de ses 72 ans d’existence.

Cette décision aura « un grand impact sur l’évolution démocratique du Pakistan », a-t-il estimé.

L’ONG Amnesty international a qualifié d'« encourageant » le fait que le Pakistan « en finisse avec une histoire d’impunité pour les puissants généraux », tout en rappelant son opposition à la peine capitale, qui accorde « vengeance, non justice ».

Aujourd’hui âgé de 76 ans, le général Moucharraf était parvenu au pouvoir par un coup d’État sans effusion de sang en octobre 1999, puis s’était autoproclamé président en juin 2001, avant de remporter en avril 2002 un référendum controversé. Il était resté à la tête du Pakistan jusqu’en 2008.

Mainmise « dictatoriale »

Sous le règne de ce stratège connu pour son franc-parler, admirateur de Napoléon Bonaparte et amateur de cigares, le Pakistan avait vu sa croissance économique décoller, sa classe moyenne se développer, les médias se libéraliser et l’armée jouer la carte de l’apaisement face à l’Inde rivale.

Mais ses opposants n’ont eu de cesse de dénoncer sa mainmise « dictatoriale » sur le pouvoir, le renvoi « illégal » de juges de la Cour suprême qui s’opposaient à lui ou l’assaut sanglant contre des islamistes lourdement armés réfugiés dans la mosquée rouge d’Islamabad à l’été 2007.

En août 2008, au sommet de son impopularité et face à la pression croissante de l’opposition et de la justice, ce nationaliste avait démissionné, pour ensuite amorcer un luxueux exil volontaire entre Londres et Dubaï.

Rentré en mars 2013 au Pakistan afin de participer aux élections, ses ambitions politiques avaient été brisées par de multiples poursuites judiciaires.

Il avait à nouveau quitté le pays en mars 2016 pour des soins médicaux à Dubaï en promettant de revenir ensuite affronter ses juges.

En août 2017, la justice pakistanaise l’a déclaré « fugitif » dans le procès du meurtre de Benazir Bhutto, alors sa rivale politique, pour lequel il demeure le seul suspect.

Mme Bhutto, deux fois élue premier ministre du Pakistan, et première femme de l’ère contemporaine à avoir dirigé un pays musulman, avait été assassinée dans un attentat suicide à Rawalpindi le 27 décembre 2007.

« La démocratie est la meilleure revanche », a tweeté son fils Bilawal Bhutto Zardari, qui dirige le Parti du peuple pakistanais (PPP), une importante formation d’opposition.

« Ce verdict mettra un terme aux violations de la Constitution dans le futur », a de son côté réagi Ahsan Iqbal, un cadre de la Ligue musulmane pakistanaise (PML), dont Moucharraf avait chassé le leader Nawaz Sharif du pouvoir lors de son putsch en 1999.