Inde: rare rébellion à la Cour suprême

New Delhi — Quatre juges de la Cour suprême de l’Inde ont estimé vendredi que l’indépendance de la plus haute instance judiciaire du pays était menacée, dans une fracassante et rarissime intervention publique. Le quatuor de magistrats a accusé dans une lettre ouverte le président de la Cour, Dipak Misra, d’assigner de façon arbitraire des affaires d’importance nationale à des panels de juges. Le groupe n’a pas nommé de cas précis, disant ne pas vouloir embarrasser l’institution, mais sa démarche semble liée à un dossier potentiellement explosif sur la mort suspecte d’un juge en 2014. « La démocratie ne survivra pas si la justice n’est pas impartiale », a déclaré le juge Jasti Chelameswar lors d’une conférence de presse. Juge à Mumbay, B. H. Loya était mort, officiellement, d’une crise cardiaque, alors qu’il enquêtait sur une affaire de meurtre impliquant l’un des plus puissants hommes politiques du pays, Amit Shah, patron du Bharatiya Janata Party (BJP) et bras droit du premier ministre Narendra Modi.