Xi accuse Trump pour le refroidissement des relations

Le «USS Stethem» s’est approché de l’île Triton, un territoire contesté qui est contrôlé par la Chine. Ci-dessus, le navire photographié en 2015 à Shangai.
Photo: Johannes Eisele Agence France-Presse Le «USS Stethem» s’est approché de l’île Triton, un territoire contesté qui est contrôlé par la Chine. Ci-dessus, le navire photographié en 2015 à Shangai.

Pékin — Le président chinois, Xi Jinping, a reproché lundi à son homologue américain, Donald Trump, l’apparition de « facteurs négatifs » assombrissant les relations entre les deux pays, après plusieurs initiatives de Washington et un dernier incident en mer de Chine.

MM. Xi et Trump se sont parlé au téléphone quelques heures après le dernier incident en date : le passage d’un navire de guerre des États-Unis près d’une île contrôlée par Pékin en mer de Chine méridionale. Le ministère chinois des Affaires étrangères a aussitôt dénoncé « une grave provocation politique et militaire ».

Le USS Stethem s’est approché à moins de 12 milles nautiques de l’île Triton (appelée « Zhongjian » par Pékin) dans l’archipel des Paracels, contestant de facto la souveraineté chinoise sur ce territoire également revendiqué par le Vietnam. L’île est administrée par la Chine depuis plusieurs décennies.

En réaction, l’armée chinoise a dépêché trois bateaux et deux avions de chasse pour exiger du navire qu’il « évacue » la zone, a indiqué dans un communiqué Wu Qian, un porte-parole du ministère chinois de la Défense.

Il a fustigé une « action illégale » qui va « gravement porter atteinte à la confiance stratégique mutuelle ».

Il s’agit de la deuxième opération de l’US Navy visant à contrer les revendications de Pékin dans cette mer stratégique depuis l’arrivée au pouvoir de Donald Trump.

La Chine y dispute la souveraineté d’îlots et récifs à d’autres pays, notamment le Vietnam et les Philippines, chacun contrôlant plusieurs îles.

Provocation

« La partie chinoise appelle avec force la partie américaine à cesser immédiatement ce genre d’opérations provocatrices qui violent la souveraineté et menacent la sécurité de la Chine », a martelé lundi le porte-parole de la diplomatie chinoise, Lu Kang.

Le geste de Washington, juste avant la conversation téléphonique Trump-Xi — qui était prévue — semble confirmer le raidissement des relations bilatérales, détricotant le rapprochement opéré depuis avril et le sommet de Mar-a-Lago en Floride entre les deux hommes.

Washington avait donné jeudi son feu vert à la vente de 1,1 milliard d’euros d’armes à Taïwan, une île de facto indépendante que la Chine considère comme une de ses provinces et n’a pas renoncé à reconquérir.