Sri Lanka: l’ONU demande un tribunal avec des magistrats internationaux

Genève — Le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU a adopté jeudi par consensus une résolution demandant au Sri Lanka d’associer des magistrats étrangers au tribunal chargé de juger les crimes de guerre commis pendant le conflit avec les Tigres tamouls. Le texte, soutenu par les États-Unis, le Royaume-Uni et le Sri Lanka, ne dit toutefois pas si la participation de ces experts internationaux doit être obligatoire ou simplement consultative et il ne parle pas non plus de mettre en place un « tribunal spécial hybride », comme l’avait pourtant demandé le Haut-commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme, Zeid Ra’ad Al Hussein. La résolution adoptée par le Conseil « note avec satisfaction la proposition du gouvernement du Sri Lanka de mettre en place un mécanisme judiciaire […] pour enquêter sur les allégations d’abus et de violations graves des droits de la personne et de violations du droit international humanitaire ». L’ONU estime que les dizaines de milliers de disparitions forcées « ont été menées dans le cadre d’une attaque large et systématique contre la population civile ».