L'ouragan Félix menace l'Amérique centrale

Oranjestad, Aruba — Rétrogradé en catégorie 4, l'ouragan Félix a poursuivi hier son chemin à travers les Caraïbes en direction de l'Amérique centrale, où, selon les prévisionnistes, il pourrait avoir des effets «potentiellement catastrophiques».

L'ouragan, qui s'accompagne désormais de vents soufflant jusqu'à 230 km/h, selon le Centre national américain des ouragans (NHC) à Miami, devrait s'abattre sur les côtes du Honduras ce matin, avec des vents risquant d'être dévastateurs, avant de frapper le Belize demain. Les prévisionnistes ont prévenu que l'ouragan pourrait facilement regagner en puissance et repasser en catégorie 5, le niveau maximal.

Au Honduras, les autorités ont évacué quelque 2000 personnes, dont 700 touristes, des zones côtières et insulaires menacées où, sous l'effet des vents, les vagues venaient s'écraser cinq mètres plus haut qu'à l'accoutumée. Les vacanciers ont afflué dans les aéroports pour tenter de quitter le pays avant l'arrivée de Félix.

Au Belize, qui se remet à peine du passage de Dean en août, les habitants stockaient de l'eau et des vivres et clouaient des planches sur les fenêtres. Beaucoup de ceux vivant dans des zones basses ont gagné des régions plus élevées.

Dean a causé des dégâts évalués à 100 millions de dollars au Belize, où les stigmates de son passage sont encore visibles. «J'ai arrêté de ramasser les débris et les arbres dans mon jardin car cela risque de recommencer», expliquait Wayne Leonardo, un habitant.

Dimanche, Félix a abattu des arbres et provoqué des inondations à Aruba, Curaçao et Bonaire, dans les Antilles néerlandaises. L'ouragan a également provoqué des pannes de courant et contraint des milliers de touristes à se réfugier dans les hôtels, mais il a fait moins de dégâts qu'on ne le redoutait, car il n'a qu'effleuré ces petites îles.

Déluge appréhendé

Félix est le deuxième ouragan de la saison après Dean, qui a frappé les Caraïbes et le Mexique et fait au moins 28 morts. À 16 heures GMT hier, ses vents avaient très légèrement baissé, après avoir atteint un pic à 265 km/h, mais ils restaient redoutables.

L'ouragan se trouvait à 490 kilomètres à l'est de Cabo Gracias a Dios, à la frontière du Nicaragua et du Honduras. Il progressait vers l'ouest à environ 33km/h, d'après le NHC à Miami.

Selon le NHC, Félix pourrait déverser jusqu'à 30 cm de pluie sur des régions isolées du nord du Honduras et du nord-est du Nicaragua et ainsi provoquer des crues subites ainsi que des coulées de boue. Il pourrait ensuite traverser la région du Peten au Guatemala et le sud du Mexique, pour gagner ensuite le sud du golfe du Mexique et ses grandes plateformes pétrolières.

Autre tempête

Le Mexique est déjà confronté, sur sa côte du Pacifique, à la menace de la tempête tropicale Henriette, qui devrait se transformer en ouragan avant de frapper la pointe de la péninsule de Basse-Californie aujourd'hui. À midi hier, la tempête se trouvait à 365 kilomètres au sud-sud-est de cette zone. Avec des vents maximaux de près de 110 km/h, Henriette a déjà causé des inondations et des glissements de terrain qui ont fait six morts à Acapulco, dans l'ouest du Mexique.

Félix et Henriette pourraient modifier leur trajectoire, et les habitants de la région doivent donc rester vigilants même s'ils ne sont pas pour l'heure directement menacés, avertit Rebecca Waddington, du NHC. «Même si les prévisions sont parfaites, elles ne concernent que l'endroit où va se diriger le centre de la tempête, explique-t-elle. Tout le monde dans la région doit rester vigilant car les tempêtes sont assez étendues.»

Les employés des plateformes pétrolières du golfe du Mexique ont en particulier intérêt à suivre la progression de Félix, qui pourrait atteindre la zone d'ici la fin de la semaine.

À voir en vidéo