En Égypte, des Coptes massacrés dans leur bus

Dans un village proche du lieu de l’attaque où avaient lieu les funérailles de plusieurs victimes vendredi, la colère se mêlait à la douleur.
Photo: Amr Nabil Associated Press Dans un village proche du lieu de l’attaque où avaient lieu les funérailles de plusieurs victimes vendredi, la colère se mêlait à la douleur.

Au moins 28 personnes, dont de nombreux enfants, ont été tuées vendredi en Égypte dans une nouvelle attaque visant des chrétiens coptes, à laquelle le gouvernement a répondu en frappant des camps djihadistes en Libye voisine.

Cette nouvelle attaque contre les chrétiens n’a pas été revendiquée dans l’immédiat, mais elle intervient alors que la branche égyptienne du groupe djihadiste État islamique (EI) mène depuis plusieurs mois une campagne contre la minorité copte.

Le groupe EI a promis de multiplier les attaques contre cette communauté chrétienne, la plus importante et l’une des plus anciennes du Moyen-Orient, qui représente environ 10 % des quelque 90 millions d’Égyptiens.

Selon le ministère de l’Intérieur, des assaillants armés et masqués à bord de trois pick-up ont attaqué le bus qui conduisait les passagers au monastère de Saint-Samuel, dans la province de Minya, à plus de 200 km au sud du Caire. Ils ont ensuite pris la fuite.

En réponse, les forces égyptiennes ont frappé des camps d’entraînement djihadistes à Derna, en Libye voisine, a annoncé la télévision d’État. Des témoins sur place ont parlé de quatre frappes sur cette ville, aux mains d’une milice proche d’al-Qaïda.

« L’Égypte n’hésitera pas à frapper les camps d’entraînement terroristes partout, sur son sol comme à l’étranger », a assuré de son côté le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi.

Des images de la télévision d’État ont montré un bus criblé d’éclats de balles et aux fenêtres et au pare-brise complètement détruits. Sur d’autres images circulant sur les sites des médias égyptiens, des corps sans vie gisent éparpillés dans le sable autour du bus.

Dans un village proche du lieu de l’attaque où avaient lieu les funérailles de plusieurs victimes, la colère se mêlait à la douleur.

Al-Azhar, prestigieuse institution de l’islam sunnite basée au Caire, a condamné l’attaque qui a eu lieu à la veille du début du ramadan, le mois de jeûne musulman. Le grand imam Ahmed al-Tayeb l’a qualifiée d’« inacceptable » et a affirmé qu’elle visait à déstabiliser l’Égypte.

L’Église copte a quant à elle appelé « à prendre des mesures pour prévenir ces incidents qui ternissent l’image de l’Égypte ».

« Le sang des chrétiens doit cesser de couler », a pour sa part réagi le président américain, Donald Trump.

Son homologue russe, Vladimir Poutine, a assuré qu’il s’agissait d’« un nouveau témoignage de la barbarie et de la cruauté du terrorisme ».

Depuis six mois, le groupe EI a revendiqué des attentats suicides contre deux églises coptes qui ont fait 45 morts au nord du Caire, début avril, et une autre attaque suicide contre une église en plein coeur de la capitale (29 morts) en décembre.

Principaux attentats contre les chrétiens d’Orient

De nombreuses attaques ont visé ces dernières années les chrétiens d’Orient, avant celle perpétrée vendredi contre un bus transportant des coptes d’Égypte, qui a fait au moins 28 morts.


1er janvier 2011 : un attentat fait 23 morts et 79 blessés, en grande majorité chrétiens, à la sortie d’une église copte après la messe du Nouvel An à Alexandrie. Les autorités attribuent l’attentat, non revendiqué, à un kamikaze guidé depuis l’étranger.

 

20 octobre 2013 : une attaque visant l’église de la Vierge au Caire lors d’un mariage copte fait quatre morts. Cet attentat est le premier contre la communauté copte dans la capitale après la destitution le 3 juillet du président islamiste Mohamed Morsi par l’armée.

La minorité chrétienne subit alors les représailles d’islamistes radicaux qui lui reprochent d’avoir soutenu l’éviction de Morsi.

Des dizaines d’églises, de maisons et de commerces appartenant à des coptes sont attaqués et incendiés, notamment dans le centre.

 

11 décembre 2016 : un attentat suicide contre l’église copte Saint-Pierre et Saint-Paul dans la capitale fait 29 morts. Il est revendiqué par le groupe djihadiste État islamique (EI).

 

9 avril 2017 : en pleine célébration du dimanche des Rameaux, des kamikazes du groupe EI prennent pour cible deux églises du nord de l’Égypte, à Tanta et à Alexandrie, faisant 45 morts.

 

31 octobre 2010 : une attaque contre l’église Notre-Dame du Salut, à Bagdad, coûte la vie à 44 fidèles, en majorité des femmes et des enfants, et deux prêtres. L’attaque, revendiquée par un groupe d’al-Qaïda, est la plus meurtrière contre les chrétiens depuis l’invasion américaine de 2003 et déclenche une vague d’exode de chrétiens irakiens.

 

25 décembre 2013 : au moins 14 personnes sont tuées dans un attentat à la voiture piégée contre une église à Bagdad, à la sortie d’une messe de Noël.

Depuis le début du conflit en 2011, de nombreuses églises ont été endommagées ou détruites.
 

27 juin 2013 : au moins quatre personnes sont tuées dans un attentat suicide qui frappe un quartier chrétien de la vieille ville de Damas. Ce quartier avait déjà été visé par un attentat en octobre 2012 qui avait fait au moins 10 morts.


Septembre 2013 : l’opposition syrienne condamne l’attaque par des djihadistes de l’église de l’Annonciation à Raqqa (nord) et sa transformation en une base militaire.

Lors des combats pour la reprise totale d’Alep (nord), la cathédrale maronite est ravagée par les combats et son toit s’effondre sous une pluie d’obus.

À Palmyre, outre les ruines célèbres dévastées par le groupe EI, le groupe extrémiste a aussi transformé une église en centre de recrutement.
 

Agence France-Presse
2 commentaires
  • Jean-Marc Simard - Abonné 26 mai 2017 10 h 16

    Aucun dialogue n'est possible entre des religions...

    «La communauté chrétienne égyptienne a reçu le mois dernier le soutien du pape catholique François. Lors d’une visite de deux jours sous haute sécurité, il avait plaidé la veille pour la tolérance et le dialogue entre musulmans et chrétiens.»

    Le Pape, lors de sa visite en Égypte avait plaidé la veille pour la tolérance et le dialogue entre musulmans et chrétiens...A-t-on encore la naïveté de croire qu'un dialogue interreligieux, surtout entre les Musulmans et les Chrétiens soit possible ? Pour dialoguer il faut être deux...Des humains peuvent dialoguer et arriver à une entente, mais non des religions dont le seul but est de convaincre l'autre que ses croyances sont les seules véritables et de le convertir à sa vérité...La différence est que la Chrétienté essaie d'avoir des rencontres avec un Islam qui les rejette...La seule issue pour contrer la problématique islamique et sortir du chaos est que l'Islam se révolutionne lui-même pour sortir de la prison religieuse dans lequel leur doctrine veut les enfermer...Sinon le chaos, engendré par les Islamistes qui luttent contrte tout ce qui ne correspond pas à leur philosophie, perdurera...Et tous en seront victimes, incluant les Musulmans eux-mêmes...

  • Michel Lebel - Abonné 26 mai 2017 15 h 05

    Le gouvernement égyptien?


    Le gouvernement égyptien fait-il tout le nécessaire pour protéger sa population chrétienne? J'ai de sérieux doutes.


    Michel Lebel