Le G7 menace la Russie de lourdes sanctions si elle envahit l’Ukraine

Le G7 exhorte la Russie «à la désescalade, à la recherche de solutions diplomatiques, et au respect de ses engagements internationaux de transparence sur ses activités militaires».
Photo: Olivier Douliery/Pool via Associated Press Le G7 exhorte la Russie «à la désescalade, à la recherche de solutions diplomatiques, et au respect de ses engagements internationaux de transparence sur ses activités militaires».

Le G7 a demandé dimanche à la Russie de réduire ses moyens militaires près de la frontière ukrainienne, la menaçant de graves sanctions économiques si elle envahissait son voisin.

Les ministres des Affaires étrangères des sept pays du G7 et le haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité se disent « unis dans [leur] condamnation du renforcement de la présence militaire et du discours agressif de la Russie à l’encontre de l’Ukraine ».

Le G7 exhorte la Russie « à la désescalade, à la recherche de solutions diplomatiques, et au respect de ses engagements internationaux de transparence sur ses activités militaires ». Il a louangé l’Ukraine pour son « attitude de retenue ».

« Tout recours à la force pour modifier les frontières est strictement interdit par le droit international. La Russie ne devrait avoir aucun doute sur le fait que toute nouvelle agression militaire contre l’Ukraine aurait des conséquences massives et un coût sévère en réponse », peut-on lire dans le communiqué publié sur le site du ministère des Affaires étrangères de la France.

Les récents mouvements de troupes et d’équipements militaires à la frontière de l’Ukraine et de la Russie ont dominé les discussions à la réunion des ministres des Affaires étrangères du G7, ce week-end, à Liverpool.

Le G7 craint que ces mouvements ne soient le prélude à une invasion russe. Il a promis d’infliger de lourdes sanctions économiques à la Russie si elle devait franchir le pas.

Le gouvernement russe nie toute intention d’envahir l’Ukraine. Elle accuse plutôt son voisin d’avoir des visées agressives.

Selon la secrétaire des Affaires étrangères britannique, Liz Truss, le G7 envoie un « puissant signal à [ses] adversaires et à [ses] alliés ».

Le communiqué fait état d’une « réponse commune et globale », mais ne donne aucune autre précision. Mme Truss dit que le G7 a « examiné toutes les solutions » au sujet de sanctions économiques. Le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, dit que le G7 « est prêt à faire les pas qu’il s’est interdit de faire dans le passé » si la Russie ne recule pas.

Le G7 a minimisé les risques d’une intervention militaire pour éventuellement défendre l’Ukraine, préférant porter l’attention sur des sanctions sévères qui frapperaient l’économie russe, et non les dirigeants.

À des journalistes américains qui voulaient savoir s’il songeait à envoyer des troupes de combat en Ukraine, le président Joe Biden a déclaré que l’idée n’avait pas été étudiée. « Êtes-vous prêts à envoyer des troupes américaines en Ukraine pour se battre contre les Russes sur un champ de bataille ? » leur a-t-il demandé à son tour.

À voir en vidéo