L’Europe dénonce le chantage d’Ankara sur les migrants

L’Union européenne étudie des mesures pour «décongestionner les
Photo: Emrah Gurel Associated Press L’Union européenne étudie des mesures pour «décongestionner les "hot spots"» en Grèce, confrontée à un afflux de migrants à ses frontières avec la Turquie.

L’UE « rejette fermement l’usage par la Turquie de la pression migratoire à des fins politiques », dans une déclaration de ses ministres de l’Intérieur mercredi, à l’issue d’une réunion d’urgence à Bruxelles. Les 27 appellent également la Turquie « à mettre totalement en oeuvre les dispositions de l’accord » de 2016 conclu avec l’UE à la suite de la crise migratoire de 2015. Pour tenter d’obtenir le soutien des Occidentaux dans son conflit avec la Syrie, Ankara a ouvert ses frontières aux migrants qui se trouvent sur son territoire.

Le président turc, Recep Tayyip Erdoğan, a affirmé mercredi que l’Europe devait appuyer les initiatives turques visant à régler le conflit en Syrie si elle voulait mettre un terme à la crise migratoire. Pour les Européens, qui ont renouvelé leur soutien à la Grèce, « la situation aux frontières extérieures de l’EU n’est pas acceptable ». Ils ajoutent que le franchissement illégal des frontières « ne sera pas toléré », dans le communiqué.

L’Union et ses États membres prendront « toutes les mesures nécessaires », avertissent les ministres, et ce, « dans le respect du droit de l’UE et international », répondant implicitement aux critiques de l’ONU et des ONG qui ont critiqué notamment la suspension des demandes d’asile décidée par Athènes.

En réponse aux critiques de responsables européens plus tôt dans la journée, le porte-parole du président Erdoğan avait rejeté les accusations de chantage. « Nous n’avons jamais considéré les réfugiés comme un moyen de chantage politique », a assuré M. Ibrahim Kalin lors d’une conférence de presse à Ankara.

L’Union européenne étudie également des mesures pour « décongestionner les hot spots » en Grèce, confrontée à un afflux de migrants à ses frontières avec la Turquie, et « relocaliser le cas échéant » une partie d’entre eux, a indiqué mercredi le chef de la diplomatie française.

Les ministres des Affaires étrangères des 27 vont examiner jeudi et vendredi à Zagreb « une aide à la gestion des demandes d’asile, notamment pour décongestionner les hot spots (centres d’enregistrement et d’identification des demandes d’asile) sur les îles grecques », a déclaré Jean-Yves Le Drian devant la Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale. Ils vont aussi « proposer des relocalisations, le cas échéant, en fonction de l’état d’avancement du traitement des demandes d’asile », a-t-il ajouté. La fourniture de « matériel médical et humanitaire » est également prévue.

Le président turc Recep Tayyip Erdoğan menace d’envoyer vers l’Europe des « millions » de réfugiés syriens et migrants d’autres pays s’il n’obtient pas un soutien en Syrie où il fait face militairement au régime de Damas et son allié russe dans la province d’Idleb (Nord-Ouest).