Mike Pompeo promet son aide pour faire libérer Michael Kovrig et Michael Spavor

Le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo
Photo: Eduardo Munoz Alvarez / Getty Images / Agence France-Presse Le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo

Le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, réitère la promesse d’aide américaine pour faire libérer les deux Canadiens détenus en Chine depuis l’arrestation à Vancouver de la dirigeante de la compagnie chinoise Huawei.

Meng Wanzhou attend au Canada qu’un tribunal se prononce sur la demande de son extradition vers les États-Unis pendant que Michael Kovrig et Michael Spavor sont emprisonnés à Pékin.

M. Pompeo rencontrait le premier ministre Justin Trudeau dans son bureau à Ottawa, jeudi matin.

« Notre équipe est déterminée à aider à la libération de ces deux Canadiens. La Chine doit respecter ses engagements. Nous nous attendons à cela. Nous y travaillons avec assiduité. Il est injuste qu’ils soient détenus », a déclaré le secrétaire d’État durant une courte apparition des deux hommes devant les caméras.

« On va discuter des enjeux internationaux comme le commerce international, le commerce entre nos deux pays », a également souligné M. Trudeau après avoir souhaité la bienvenue au secrétaire d’État.

« Nous devons finaliser l’ACEUM », a rappelé M. Pompeo, faisant référence à l’accord de libre-échange entre le Canada, les États-Unis et le Mexique ayant été conclu mais pas encore ratifié, ni à Ottawa ni à Washington.

Le gouvernement canadien attend que le Congrès américain, où les démocrates sont majoritaires, ratifie l’entente avant de la faire approuver par les parlementaires à Ottawa.

La ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, sera l’hôte de M. Pompeo pour le reste de la journée. Les deux politiciens rencontrent la presse en début d’après-midi.

Les manifestations réprimées à Hong Kong, où vivent 300 000 Canadiens, risquent également d’occuper les discussions canado-américaines.

« Nous surveillons de près les développements à Hong Kong », déclarait M. Trudeau mercredi, dans un discours à Montréal. « Avec des partenaires internationaux, nous avons souligné le besoin de faire preuve de retenue, d’éviter la violence », a-t-il dit.

À Washington, on a avisé que la crise au Venezuela est également à l’ordre du jour de la visite de M. Pompeo au Canada.

Vendredi débute à Biarritz le sommet du G7, au cours duquel M. Trudeau et Donald Trump auront l’occasion de reprendre les discussions amorcées à Ottawa jeudi.