Trois Russes et un Ukrainien seront jugés pour meurtre pour l’écrasement du vol MH17

Sur cette photo datée de novembre 2014, des soldats russes protègent l’épave de l’avion MH17, percuté par un missile en juillet 2014, pendant que des enquêteurs néerlandais menaient leur fouille.
Photo: Menahem Kahana Archives Agence France-Presse Sur cette photo datée de novembre 2014, des soldats russes protègent l’épave de l’avion MH17, percuté par un missile en juillet 2014, pendant que des enquêteurs néerlandais menaient leur fouille.

Trois Russes et un Ukrainien vont être jugés pour meurtre en mars 2020 pour l’écrasement du vol MH17, abattu en 2014 au-dessus de l’est séparatiste de l’Ukraine par un missile russe, a annoncé mercredi l’équipe internationale enquêtant sur cette affaire.

Accusés d’avoir provoqué l’écrasement, les Russes Sergueï Doubinski, Igor Guirkine et Oleg Poulatov, ainsi que l’Ukrainien Leonid Khartchenko, quatre hauts gradés des séparatistes prorusses de l’est de l’Ukraine, seront les premiers à être traduits en justice.

Le plus connu d’entre eux, Igor Guirkine, surnommé « Strelkov » (« Tireur »), était l’un des principaux commandants des séparatistes du début du conflit avec l’armée ukrainienne il y a cinq ans, et probablement leur représentant le plus médiatique à l’époque.

Extraditions impossibles

Il est cependant probable que les quatre suspects soient jugés par contumace, la Russie et l’Ukraine n’extradant pas leurs ressortissants poursuivis à l’étranger. Mais l’annonce du procès des quatre hommes, qui s’ouvrira le 9 mars 2020 au tribunal de Schiphol en banlieue d’Amsterdam, est un message clair envers la Russie, qui a toujours nié toute implication.

Des mandats d’arrêt internationaux ont été délivrés à l’encontre des suspects, dont les noms ont été placés sur les listes nationales et internationales des personnes recherchées, a précisé le chef de la police néerlandaise, Wilbert Paulissen.

« Nous ne ferons pas de demande d’extradition puisque les Constitutions russe et ukrainienne interdisent l’extradition de leurs ressortissants. Mais nous demandons encore une fois à la Russie de coopérer. Plusieurs de nos questions restent sans réponse », a annoncé le procureur néerlandais Fred Westerbeke.

Réaction de la Russie

La Russie a réagi en dénonçant des « accusations gratuites » : « une fois de plus, des accusations tout à fait gratuites sont avancées contre la partie russe et visent à discréditer la Fédération de Russie devant la communauté internationale », a dénoncé le ministère des Affaires étrangères.

L’Ukraine a en revanche appelé Moscou à reconnaître sa responsabilité et à « commencer à coopérer avec l’enquête ». Les quatre suspects sont accusés d’avoir convoyé dans l’est de l’Ukraine le système de missiles antiaériens BUK, utilisé selon les enquêteurs pour tirer le missile ayant abattu le 17 juillet 2014 le Boeing de la Malaysia Airlines au-dessus de la zone de conflit armé dans l’est séparatiste prorusse de l’Ukraine. Les 283 passagers, dont 196 Néerlandais, et les 15 membres de l’équipage avaient péri.

Nous ne ferons pas de demande d’extradition puisque les Constitutions russe et ukrainienne interdisent l’extradition de leurs ressortissants

À l’annonce du procès, Piet Ploeg, président d’une association des familles qui a perdu trois proches lors de l’écrasement, a loué le « courage » du parquet néerlandais, qui n’a « épargné personne pour des raisons politiques ».

Igor Guirkine, ancien ministre de la Défense de la République autoproclamée de Donestk, démis de ses fonctions en août 2014 dans des conditions mystérieuses, a démenti mercredi toute implication des séparatistes ukrainiens prorusses : « Tout ce que je peux dire, c’est que le Boeing n’a pas été abattu par les rebelles. » Il a aussi annoncé qu’il n’entendait pas coopérer avec la justice.

L’équipe internationale d’enquêteurs, conduite par les Pays-Bas et composée d’enquêteurs d’Australie, de Belgique, de Malaisie, des Pays-Bas et d’Ukraine, avait annoncé en mai 2018 que le missile ayant abattu l’avion provenait de la 53e brigade antiaérienne russe basée à Koursk (ouest de la Russie).

Les Pays-Bas et l’Australie, dont 38 ressortissants figuraient parmi les victimes, avaient alors accusé la Russie. Pour la première fois, la responsabilité de cette catastrophe était ouvertement imputée à Moscou, qui a toujours nié avec véhémence et rejeté la faute sur Kiev.