La «Moïse noire» apparaîtra sur les coupures de 20 dollars

Une photo d’Harriet Tubman prise entre 1860 et 1875
Photo: H.B. Lindsley / Library of Congress / Associated Press Une photo d’Harriet Tubman prise entre 1860 et 1875

Les temps changent et le visage de la monnaie américaine va en faire tout autant en laissant apparaître sur les billets de 20 $ le visage d’une femme, Harriet Tubman, à partir de 2020. C’est ce qu’a confirmé mercredi en fin de journée le Trésor américain en dévoilant le visage de la célèbre abolitionniste en remplacement de celui d’Andrew Jackson, septième président des États-Unis actuellement sur cette coupure.

Harriet Tubman, décédée en 1913, devient du coup la première femme, mais également la première Afro-Américaine à s’illustrer sur un billet de banque au pays de Barack Obama. Au printemps dernier, une organisation citoyenne baptisée Women on 20s (Femme sur les 20) avait vu le jour pour sonder le coeur du public sur la figure centrale de l’histoire américaine qui, selon lui, méritait de se retrouver sur la coupure bancaire. 35 000 personnes ont répondu à l’appel, préférant dans une proportion de 34 % Mme Tubman à l’ancienne première dame Eleanor Roosevelt, femme de l’autre, pour détrôner celui que l’on surnommait « Old Hickory » (vieux noyer), en référence à sa dureté.

Photo: Women on 20s Ce montage réalisé par le groupe Women on 20s donne une idée de ce à quoi pourrait ressembler le nouveau billet.

Le nouveau graphisme de ce billet de banque doit être dévoilé publiquement dans quatre ans, soit à temps pour célébrer le centenaire de l’entrée en vigueur du droit de vote des femmes aux États-Unis. C’était un 26 août 1920, soit un an après l’adoption du 19e amendement par la Chambre des représentants garantissant ce droit.

Chemin de fer clandestin

Figure du mouvement d’abolition de l’esclavage aux États-Unis, Harriet Tubman, baptisée la Moïse noire, a été une des composantes importantes du Chemin de fer clandestin (Underground Railroad), ce vaste réseau d’émancipation d’esclaves des états du sud vers ceux du nord entre 1830 et 1860. Plusieurs ont d’ailleurs trouvé refuge à Montréal par l’entremise de la « ligne Champlain » liée à ce réseau.

Lors de 19 voyages, Mme Tubman a conduit près de 300 esclaves vers la liberté. Une fois l’abolition de l’esclavage atteinte en 1865, Harriet Tubman s’illustrera comme fervente activiste contre le racisme ordinaire et pour le droit des femmes.

2 commentaires
  • Sylvio Le Blanc - Abonné 21 avril 2016 09 h 00

    « femme de l’autre », mais quel autre ?

    Eleanor était la femme du 2e président Roosevelt, Franklin D., mais était la nièce du 1er, Theodore. Le 2e président était quant à lui cousin du 1er.

  • Marie-Dominique Lahaise - Abonné 21 avril 2016 12 h 24

    Harriet Tubman, honorée à Montréal depuis 1987

    La Ville de Montréal a honoré, par sa toponymie, madame Harriet Tubman dès 1987. On retrouve le croissant Harriet-Tubman dans le quartier Rivière-des-Prairies = http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=15,11245605&_dad=portal&_schema=PORTAL