«Mes carnets de saison», de Josée di Stasio, comme une fenêtre sur les beaux jours

Catherine Lefebvre
Collaboration spéciale
«On ne veut pas que les lecteurs sentent qu’ils doivent performer en cuisine ni que tout soit parfait», confie Josée di Stasio.
Photo: Dominique T. Skoltz «On ne veut pas que les lecteurs sentent qu’ils doivent performer en cuisine ni que tout soit parfait», confie Josée di Stasio.

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

L’animatrice culinaire préférée des Québécois, Josée di Stasio, lance Mes carnets de saison. Printemps-été, juste à temps pour accueillir la saison chaude à bras ouverts. La fraîcheur, les verdures et le parfum des fleurs sont tous réunis à la même table.

C’est le printemps et c’est l’été

Pour célébrer les beaux jours qui reviennent enfin, Mes carnets de saison. Printemps-été présentent des recettes fraîches et colorées, mettant en vedette les récoltes qui arrivent une à une sur les étals des marchés. Le livre comprend même un chapitre consacré aux fleurs, celles qui parfument la maison et qui enjolivent nos tables par leur délicate beauté.

Comme à l’habitude, le souci du détail des livres de Josée di Stasio est bien présent. Ses recettes infaillibles sont entourées de beau et invitent le lecteur à se poser, à lire son livre du début à la fin comme un roman. Il y a aussi quelque chose de poétique dans sa façon de décrire les plats et de donner des astuces culinaires. Nous pouvons même entendre sa voix réciter les ingrédients et nous guider à travers les étapes de préparation, comme si elle était à nos côtés.

« Je trouve ça important d’avoir des recettes toutes simples, comme une salade de pêche et de prosciutto, plutôt que d’avoir des recettes plus élaborées, confie-t-elle. On ne veut pas que les lecteurs sentent qu’ils doivent performer en cuisine ni que tout soit parfait. D’ailleurs, ceux qui reçoivent le mieux sont ceux qui sont un peu plus cool, qui prennent le temps d’être là. »

En toute simplicité

 

Dès son tout premier livre de recettes,À la di Stasio, Josée a présenté des recettes simples, faites à partir d’ingrédients de qualité, à l’image de la cuisine italienne. Cette signature, elle la peaufine depuis ses débuts. « Quand j’étais jeune, je ne savais pas ce que j’allais faire quand j’allais être grande, raconte-t-elle. Je me disais qu’un jour, j’aimerais ça, publier un livre. Mais, pour moi, ce n’était pas un métier, c’était flou, c’était plutôt un projet. » Lorsqu’elle commence à travailler comme styliste culinaire, le projet de livre devient un peu plus concret. L’animation d’une émission de cuisine aide aussi à sa concrétisation et surtout, à le faire à sa façon.

Ce 6e ouvrage rassemble les recettes les plus populaires sur son site Web, en plus de nouvelles créations inspirées du printemps et de l’été. « La thématique, ça vient d’un feeling, ça vient naturellement, on ne s’assoit pas autour d’une table pour choisir ça, explique-t-elle. Puis, la couleur me vient, l’habillage, puis on veut amener cette lumière-là chez les gens. »

S’entourer de magie

Une fois que la thématique et les recettes sont choisies, testées et écrites, c’est le moment de les mettre en images. « Les journées de photo sont mes journées préférées dans le processus de création d’un livre de recettes, dit-elle. C’est là que la vraie couleur du livre prend forme, que la magie opère. On va chercher la lumière, l’ambiance et on se dépose dans un environnement souhaité. »

Depuis Le carnet rouge, Josée di Stasio collabore avec l’artiste multidisciplinaire et photographe Dominique T. Skoltz. « C’est elle qui m’a contactée il y a quelques années, raconte-t-elle. Elle avait mis des photos dans un carnet rouge de type Moleskine, comme mon carnet de notes ! On a pris un café, puis la complicité s’est aussitôt développée. »

À la direction artistique, Annie Lachapelle, de l’Atelier Chinotto signe le visuel du livre. « Le graphisme demande autant de sensibilité que la photo, précise-t-elle. Puis, j’aime bien que les livres soient intemporels, qu’ils ne soient pas trop tendance pour que ça dure dans le temps. » Selon elle, sa petite équipe de grands talents a le don de créer ce type de livre objet, le genre d’ouvrage que nous parcourons comme un livre de photos ou d’architecture.



À voir en vidéo