Incursions poétiques: «Tourments»

L’artiste poète Mo Bolduc
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir L’artiste poète Mo Bolduc

À l’occasion du Mois de la poésie, Le Devoir, avec la complicité du Bureau des affaires poétiques, donnera à lire un poème chaque semaine. Deuxième de cinq.



rester vivant
tout croche
sul’penchant
on te demande
si t’es à ta place
si tu sais
normatif étranger
comment parler
comment te pendre
l’esprit en meute
le sang qui coule

 

*

par terre
où j’appartiens

je bous de ne savoir comment
parmi tous les titres
et les agressions
les bras tranchés

par terre
où je ne cesse d’appartenir

les genoux au sang
en toute liberté
celle de ne s’en donner aucune

*

j’ai besoin de votre aide
pour continuer
passé les p’tites heures
à se péter le corps
sur la glace
trop épaisse

tout sent encore la lavande
je rampe les bras ouverts
à ma propre rescousse
je ne sais pas lancer
la bouée
assez loin

*

matin ecchymose
coulant de partout
les yeux barrés
comme ta porte

*

ouragans dormants flamboyants
courbes divines
frottées dans la suie
et les larmes brûlantes

tenir le torse à l’envers
pour ne pas basculer

fuir encore plus fort
que les tourments
aux yeux bleus

*

pense un peu
avant d’ouvrir la bouche
plonge dans mes veines
suis la voie
du plus faible

qu’on vienne me dire
une autre fois
comment exister
pour le fun

*

tourne et
tourne et
tourne et
tourne et

noie-toi
dans mes baisers
fais une croix
sur mes promesses
je me permets d’exister
comme je fucking veux

L’artiste

Mo Bolduc est un.e artiste queer pluridisciplinaire originaire du Nouveau-Brunswick qui a reçu une formation en théâtre avant de se prêter à l’écriture. Son premier recueil publié en 2017 aux Éditions Perce-Neige, DEAD END, explore les relations amoureuses et les eaux troubles du langage.