Décès de Jean Graton, créateur de la bande dessinée «Michel Vaillant»

L’auteur français Jean Graton en 2005
Photo: Herwig Vergult Archives Agence France-Presse L’auteur français Jean Graton en 2005

L’auteur français Jean Graton, qui avait créé à la fin des années 1950 la bande dessinée Michel Vaillant, est décédé jeudi à Bruxelles à l’âge de 97 ans, ont annoncé les éditions Dupuis dans un communiqué.

La série, qui racontait les aventures d’un pilote de course automobile, s’est déclinée en 79 tomes, dont les neuf derniers (la saison 2), signés de son fils Philippe.

Depuis 2012 d’autres scénaristes et dessinateurs ont perpétué les aventures du héros.

Il n'hésitait pas à faire côtoyer ses héros fictifs par de véritables personnalités, comme Jacky Ickx, Alain Prost, Michael Schumacher et même Gilles et Jacques Villeneuve. Gilles Villeneuve y a même remporté le championnat des conducteurs dans l'épisode « Steve Warson contre Michel Vaillant ».

Au total quelque 25 millions d’albums de Michel Vaillant se sont écoulés dans le monde, a précisé à l’AFP Jean-Louis Dauger, directeur du développement de la marque, revendue fin 2019 aux éditions Dupuis.

Jean Graton est présenté comme « le dernier monstre sacré de l’âge d’or de la BD franco-belge ».

« Ses amis et collègues s’appelaient Goscinny, Uderzo, Charlier, Peyo, Roba, Franquin », poursuit le communiqué.

Né à Nantes (ouest de la France) le 10 août 1923, Jean Graton a été élevé par un père dirigeant d’un club de moto qui l’emmenait aux 24 heures du Mans.

À 8 ans, son premier dessin était paru dans le journal belge Le Soir : « c’était mon papa réparant sa moto », s’était-il souvenu dans une entrevue.

Arrivé à Bruxelles en 1947, il fait naître son héros Michel Vaillant pour la première fois dans le Journal de Tintin dix ans plus tard. Et en 1959 paraît le premier album de la série.

Tout au long de sa carrière il a puisé son inspiration le long de circuits automobiles en allant lui-même assister à des courses. « Il avait le premier compris que pour raconter, il fallait s’inspirer du réel », commentent les éditions Dupuis.

Jean Graton avait été fait Commandeur des Arts et des Lettres, en France, et Chevalier de l’Ordre de Léopold, en Belgique.

Jeudi matin à Bruxelles, « il s’est éteint paisiblement entouré des siens », indique encore le communiqué.

Avec La Presse canadienne