La vallée des immortels, Y. Sente, T. Berserik, P. Van Dongen

Le dernier pharaon, hors-série paru l’an dernier, magistrale rencontre de François Schuiten et son dessin aux vertigineuses perspectives avec le fameux Mystère de la Grande Pyramide, chef-d’œuvre créé 70 ans plus tôt par Edgar P. Jacobs, nous aura démontré une chose importante : il ne suffit pas de tracer avec soin et compétence la ligne claire du dessin, ni de respecter les codes de langage et d’intrigue pour créer une illusion de continuité. Il faut du souffle et de l’envergure. Irréprochable, cet album, avec le capitaine Blake, le prof Mortimer et le diabolique Olrik, l’arme secrète de rigueur, l’ambiance de fin d’empire colonial et un parc jurassique en prime, n’en est pas moins prévisible jusque dans ses détours les plus habiles (Yves Sente est un vrai pro). On ressort de la lecture sans dépit, rien n’a été trahi, le fan aura saisi les références aux épisodes mythiques, mais on n’aura pas été vraiment inquiet ni émerveillé. L’imaginaire, sans dose de risque, est une visite de musée.

La vallée des immortels. Blake et Mortimer, t. 26

★★★

Y. Sente, T. Berserik, P. Van Dongen, Blake et Mortimer, Bruxelles, 2020