«Soly ou la leçon d’humilité»: de l’utilité de toute chose

Présenté en grand format, le conte est accompagné des illustrations de Sara Quod
Photo: Éditions des Éléphants Présenté en grand format, le conte est accompagné des illustrations de Sara Quod

Dans une grotte située au flanc d’une montagne « tour à tour brûlée par le soleil, fouettée par les vents ou battue par les pluies » vit Soly, homme « habillé de feuilles et de fibres végétales » qui n’a d’autres lois que celles de la nature.

Un jour, le roi Seydou, chef de la contrée de Soulé, est averti de la présence de cet ermite et demande à le rencontrer. Le fossé qui sépare les deux hommes est immense, mais le roi, intrigué par Soly, décide de le suivre afin de découvrir sa vision du monde.

Raconté ici par Amadou Hampâté Bâ, écrivain malien et fier passeur de la culture orale, Soly ou la leçon d’humilité invite l’homme à se questionner sur son rapport à l’autre. Si Soly initie le roi à prendre conscience de l’importance et de l’utilité de tout, ce dernier, fort de son apprentissage, poursuit son chemin afin de trouver sur la terre quelque chose qui lui est inférieur. Sa rencontre — et le dialogue — avec ses propres déjections fait fondre définitivement ce qui lui restait d’orgueil.

Profondeur des personnages

Intemporel et universel, le message offert dans ce conte issu de la tradition orale peule renvoie à cet éternel sentiment de supériorité ressenti par l’homme vis-à-vis de tout ce qui l’entoure. L’écriture à la fois poétique et riche d’un vocabulaire qui encense la beauté et la force de la nature, le style soigné et sophistiqué épousent avec grâce la profondeur des personnages.

Présenté en grand format, le conte est par ailleurs accompagné des illustrations de Sara Quod, lesquelles, offrant tour à tour des paysages sauvages et urbains, apportent un complément au texte en y ajoutant des détails qui renforcent le discours. Le masque porté par le roi tout au long de son périple tombe ainsi à la toute fin, symbole de cette humilité tant recherchée.

Ce conte philosophique brodé d’espérance reste en fin de compte utopiste mais nécessaire dans un monde où la loi du plus fort mène encore et toujours le bal.

Extrait de «Soly ou la leçon d’humilité»

Dès qu’on introduisit l’ermite en présence du Roi, ce dernier, à sa vue, fut saisi d’une émotion inexplicable. Son coeur s’emplit d’un profond sentiment et de respect religieux. Il l’interrogea avec douceur : « Comment t’appelles-tu ? – Je m’appelle Soly. – Que fais-tu dans la grotte de la montagne ? – J’y apprends à me dominer et à m’éduquer. – Pourquoi fuis-tu tes semblables comme s’ils étaient une maladie contagieuse repoussante ? – Je ne puis répondre à ta question, ô Roi, car tu te trouves au sommet d’une montagne alors que moi, je suis au fond d’une vallée encaissée. Ma parole ne te parviendrait que comme l’écho mourant de quelque voix lointaine. La distance qui nous sépare est trop grande ».

Soly ou la leçon d’humilité

★★★ 1/2

Amadou Hampâté Bâ et Sara Quod, Éditions des Éléphants, Paris, 2019, 40 pages