«En attendant le jour»: oser faire face

Michael Connelly est une machine à succès qui parvient encore à se renouveler.
Photo: Jeff Pachoud Agence France-Presse Michael Connelly est une machine à succès qui parvient encore à se renouveler.

Michael Connelly a déjà écrit quelques-uns des meilleurs polars toutes catégories (Le poète, Les égouts de Los Angeles, Créance de sang, Echo Park, etc.) : c’est une véritable machine à succès qui parvient à se renouveler en plongeant ses enquêteurs dans la mégalopole de Los Angeles.

Place à l’inspectrice Renée Ballard, nouvellement « promue » à la patrouillede nuit… après avoir brillé à l’escouade Vols et homicides.

En parallèle

Le parcours de Ballard est en soi assez unique, on l’apprend rapidement à travers les trois enquêtes qu’on la voit résoudre ici, l’air de rien. Flic intègre, brillante, intuitive et dangereusement efficace, elle a osé poursuivre un officier supérieur pour harcèlement… ce qui explique sa rétrogradation à la patrouille de nuit. C’est là, pendant sa ronde avec son partenaire Jenkins, que le récit s’amorce.

Alors qu’elle prend des nouvelles d’une prostituée brutalement tabassée, elle doit s’occuper de la survivante d’une fusillade survenue dans un bar du centre-ville, le Dancer. La prostituée s’en tirera, mais pas la serveuse abattue par le tireur du bar. Elle se rend sur les lieux pour annoncer la nouvelle à son ancien patron et tombe en pleine scène de crime : quatre cadavres jonchent encore le sol. Ballard observe la scène minutieusement avant de se voir sèchement écartée des lieux : elle ne pourra plus oublier ce qu’elle a vu. De retour au poste, c’est le hasard qui fait en sorte qu’elle reçoit la déposition d’un témoin crucial.

L’homme prenait un selfie au Dancer avec ses copains au moment précis où le tireur déchargeait son arme sur la première des cinq victimes. L’instinct de Ballard l’amène à croire qu’un flic est impliqué dans l’affaire et elle décide alors de mener sa petite enquête discrètement, en parallèle. Ne serait-ce que pour rendre justice à son ancien partenaire qui est assassiné à son tour alors qu’il rentrait chez lui.

Tout cela ne l’empêche toutefois pas d’enquêter sur deux autres affaires, dont celle de la prostituée transgenre « travaillée » aux poings américains. C’est en fouillant dans les banques de données à partir de ce « détail » qu’elle découvre un suspect qui, malheureusement, l’a lui aussi repérée… et choisie comme prochaine victime. Ballard réussira difficilement à s’en sortir et devra faire preuve de sang-froid en puisant dans ses réserves d’énergie pour piéger ensuite le tireur du Dancer et élucider du même coup la fusillade multiple. Ouf !

Pourtant, Renée Ballard n’a rien de la superhéroïne. C’est un personnage complexe et marqué tôt par la vie qui trouve son équilibre en s’adonnant au paddle dans la baie de Los Angeles : elle surveille sa forme comme son alimentation, ce qui nous change un peu des burritos dégoulinants et des burgers que dévorait Harry Bosch. Mais c’est d’abord et surtout un flic méthodique et compétent qui sait se servir des outils modernes. Connelly nous donne à travers elle une véritable leçon de technique policière, et on espère déjà la retrouver dans une nouvelle histoire.

En attendant le jour

★★★

Michael Connelly, traduit de l’anglais par Robert Pépin, Calmann Lévy – Noir, Paris, 2019, 418 pages