«Dans l’œil du chat»: la nature profonde du chat

<p>La beauté du livre tient autant aux images qu’aux textes.</p>
Photo: Zulma

La beauté du livre tient autant aux images qu’aux textes.

Après avoir publié La cuisine des flibustiers (Phébus, 2011), Mélani Le Bris offre cette fois des clichés de félins dont elle tente de comprendre l’énigme.

Dans cette exploration intime et libre, la littérature entre en félinerie grâce aux très belles photographies noir et blanc de l’artiste et au concours de trois auteurs qui mettent leur plume au service de la photographe, ou plutôt de ce chat sauvage, cet « indompté acclimaté ».

La beauté du livre tient ainsi autant aux images qu’aux textes. Et la photographe a su s’entourer ! Hubert Haddad rend hommage au chat légendaire, dieu dans l’Égypte des pharaons, celui qui côtoyait les rois et les grands créateurs.

Amanda Devi écrit une lettre à monsieur le chat, trait d’union entre ciel et terre.

D’origine indienne, l’auteure mène la liberté jusqu’à l’immortalité des cellules conduisant à une forme de réincarnation.

Avec ses neuf vies, le Felis catus n’en est-il pas un symbole ? Pour sa part, Carole Martinez livre un texte plus romanesque où elle transporte le lecteur de la vie trépidante parisienne d’une écrivaine à la vie sauvage auprès de chats en Normandie. Une quête de soi qui la transporte vers l’ensauvagement.

Mais revenons aux photos, prises en milieu naturel ! Rien à voir ici avec les clichés qui s’échangent sur les réseaux sociaux et qui font du chat au mieux un amusement, au pire un bouffon ridicule.

Nos minous valent mieux que ça ! Et Mélani le Bris leur offre ici son œil à la fois impliqué, admiratif et respectueux.

Respectueux de leur nature profonde, de leur grâce, de leur liberté, de leur symbiose avec l’environnement. Non, le miaou, rusé, n’est pas exactement un animal domestique.

Et c’est ce que saisit l’objectif de la Française pour un résultat qui n’a rien d’artificiel et qui, au contraire, redonne au petit félin ses lettres de noblesse.

Un livre qu’on ne se lasse pas de feuilleter.

Dans l’œil du chat

★★★

Mélani Le Bris, textes d’Ananda Devi, Hubert Haddad et Carole Martinez, Éditions Zulma, Paris, 2018, 144 pages