Il y aura des morts, Patrick Senécal

Il y a longtemps que Patrick Senécal cultive l’art de faire peur au monde. Depuis son très solide Aliss et surtout depuis son remarquable Le vide (parus chez Alire en 2000 et en 2007), c’est comme si chacun de ses livres explorait une nouvelle façon d’y arriver. Ici, cela prend la forme d’une improbable histoire mettant en scène un homme poursuivi par deux équipes de tueurs. La chasse à l’homme est plantée en plein Drummondville alors que, sans qu’il sache vraiment pourquoi et même sans y croire d’abord, Carl Mongeau apprend qu’il va mourir. L’étrange personnage qui énonce la sentence lui explique aussi qu’il doit s’en tirer tout seul et que les personnes qu’il préviendra seront éliminées. Avec preuves à l’appui. Mongeau devra rapidement faire appel à toutes ses ressources tout en découvrant une à une les règles du « jeu ». L’écriture vive et haletante de Senécal vous tiendra sur le bout de votre fauteuil tout au long.

Il y aura des morts

★★★

Patrick Senécal, Alire, Lévis, 2017, 580 pages