Roman québécois - Le Québec cauchemardesque de 2035

En 2035, le Québec commencera à peine à se remettre de l'épidémie d'Ebola qui aura ravagé la planète 15 ans auparavant. Voilà la prémisse du roman d'anticipation de Karine Glorieux, qui décrit un monde post-apocalyptique.

En 2035, Montréal est devenu une ville chaotique parcourue de barbelés et gangrenée par les dépotoirs à ciel ouvert. Les citadins se promènent masqués pour éviter la contagion, et le mont Royal n'est plus qu'une immense favela où les forces de la police n'osent s'aventurer. Par contre, le Saguenay est une région paisible, dont la stabilité est maintenue par une toute-puissante aluminerie. C'est de ce paradis que Myriam Fontaine, l'héroïne du roman, décide de s'échapper après être tombée enceinte. Elle part à la recherche de son frère, devenu hors-la-loi, et de ses origines métissées (son père était Marocain).

On le sait, la science-fiction ne sert pas tant à décrire le futur qu'à extrapoler à partir du présent. Le monde que décrit Karine Glorieux, nous le connaissons déjà. C'est un monde menacé par la baisse de la natalité et le bioterrorisme. Un monde où l'informatique et la publicité sont omniprésentes. Un monde où l'ignorance devant la réalité des immigrants (notamment les musulmans) entraîne la peur, le racisme et l'exploitation. Toutes choses que l'auteure entend dénoncer vigoureusement par la fiction.

Toutefois, les bonnes intentions ne font pas les bonnes histoires, et celle-ci pèche par son schématisme. Ainsi, à une société uniformisée, autoritaire et dépersonnalisante, on opposera une jeune fille avide de liberté, rebelle, à l'écoute de ses sentiments. On la fera rencontrer toutes les figures possibles de la marginalité: une Amérindienne, un homosexuel, des prostituées, des prisonniers, des immigrants. Ces personnages ainsi que l'héroïne manquent de relief. Ils évoluent dans une intrigue languissante, où les effets sont soulignés à gros traits. En prenant moins le lecteur par la main, Karine Glorieux sera sans doute plus à même de tirer parti de ses idées imaginatives.

Collaborateur du Devoir
***
Myriam Fontaine : Québec 2035
Karine Glorieux
Caractère
Montréal, 2007, 375 pages