Quand thermostats connectés et canicule ne font pas bon ménage…

Hydro-Québec a récemment mis en place son propre programme d’économie d’énergie basé sur des thermostats connectés.
Photo: Ryan Remiorz La presse canadienne Hydro-Québec a récemment mis en place son propre programme d’économie d’énergie basé sur des thermostats connectés.

En pleine canicule le week-end dernier, des résidents du Texas ont vu leur thermostat connecté hausser à leur insu la température de leur maison au-delà des 26 degrés Celsius (78 °F) pour éviter la surcharge d’un réseau électrique particulièrement fragile. Une situation qui suscite la méfiance à l’égard des appareils connectés pour la maison, mais qui a peu de chances de se produire au Québec.

Les services publics texans ont mis en place ces dernières années des programmes incitatifs encourageant les gens à installer des thermostats connectés dans les différentes pièces de leur maison. Dans la foulée, ils inscrivent ces clients dans des programmes d’économie d’énergie qui leur permettent d’ajuster leur thermostat à distance durant les périodes de grande utilisation pour réduire la demande en électricité et ainsi protéger leur réseau de distribution.

Quand la canicule a frappé il y a quelques jours, des fournisseurs d’électricité ont utilisé ces programmes pour hausser la température à un niveau qui en a fait suer plusieurs. Dans au moins un cas, une jeune mère et son poupon se sont réveillés détrempés après une courte sieste durant laquelle la température dans leur logement avait grimpé au-dessus des 27 degrés Celsius. Les réactions ne se sont pas fait attendre sur Twitter…

« Les Texans ont perdu le contrôle de la température dans leurs propres maisons ! » « Les services publics fixent les thermostats à des niveaux élevés qui pourraient être dangereux ! » « Imaginez ça dans des résidences pour personnes âgées ! » ont écrit, inquiets, plus d’un internaute.

Au Québec

Chez nous, Hydro-Québec a récemment mis en place son propre programme d’économie d’énergie basé sur des thermostats connectés. La société d’État propose aux clients de sa filiale Hilo des « défis hivernaux » dans le cadre desquels elle prend pendant quelques heures le contrôle de la température. Là aussi, l’objectif est de mieux gérer les pointes de demande en électricité.

Il y a toutefois une différence majeure entre la façon de procéder des sociétés énergétiques texanes et ce que fait Hydro-Québec, dit Cendrix Bouchard, porte-parole pour Hilo. « Nous ne faisons pas de gestion de la demande pour assurer la sécurité de notre réseau. Ce que nous faisons, c’est déplacer de quelques heures une partie de la demande de pointe pour aplanir la demande », dit-il.

M. Bouchard précise que les clients de Hilo sont avertis le jour précédant un de ces défis, qui ne surviennent d’ailleurs que durant l’hiver. « Ce n’est pas caché dans les petits caractères. Puis, nous procédons à une préchauffe de la résidence et nous réglons ensuite le tout en fonction de la température », indique le porte-parole, qui affirme que ce programme entraîne dans certains cas une réduction de 15 % de la consommation électrique. Les clients participants de Hilo ont reçu en échange des récompenses qui se sont élevées à 125 $ en moyenne l’an dernier.

Hydro-Québec estime son réseau bien plus robuste que celui de ses homologues texans. La société québécoise ne craint pas une situation comme celle survenue dans l’État du Sud-Ouest américain. Encore moins l’été, puisque ses défis hivernaux ont lieu… l’hiver, comme l’indique leur nom.

Le Texas est aux prises depuis le début de l’année avec une météo particulièrement capricieuse. En mars, une vague de froid record a causé de longues pannes de courant et plus d’une centaine de morts. Le gouverneur de l’État, Greg Abbott, a depuis garanti que « tout ce qui devait être fait pour réparer le réseau a été fait », mais la vague de chaleur des derniers jours a révélé les limites de cette affirmation.

Petits caractères

Craignant une surcharge du réseau en raison de la surutilisation des climatiseurs, l’État a demandé aux Texans de hausser la température de leur thermostat à 26 degrés Celsius ou plus pour la durée d’une canicule dont la température moyenne s’est avérée supérieure à 32 degrés Celsius.

La société EnergyHub, qui gère en sous-main des programmes d’économie des fournisseurs électriques du Texas et qui contrôle à distance plus de deux millions de thermostats, a simplement suivi cette directive. EnergyHub rappelle dans la page FAQ (Foire aux questions) de son site Web que les gens participant à ces programmes donnent leur accord à ce que leur thermostat soit contrôlé à distance « à des moments de pic de la demande en électricité l’été ».

Les Texans surpris de voir leurs thermostats grimper de leur propre chef n’ont donc tout simplement pas lu les petits caractères du contrat de service que leur a remis leur fournisseur d’électricité.

À voir en vidéo