La technologie à l’assaut de la hausse du budget épicerie

L’application Cuisine vise à aider les consommateurs à optimiser leurs achats alimentaires en affichant les rabais de la circulaire des épiciers de la province et en proposant les recettes de plusieurs sites de cuisine pour trouver un moyen d’utiliser des aliments de son frigo dont on ne sait trop que faire.
Photo: Pirosco (photomontage Le Devoir) L’application Cuisine vise à aider les consommateurs à optimiser leurs achats alimentaires en affichant les rabais de la circulaire des épiciers de la province et en proposant les recettes de plusieurs sites de cuisine pour trouver un moyen d’utiliser des aliments de son frigo dont on ne sait trop que faire.

Pendant que tout le monde était confiné, le moral parfois au plus bas, le prix des aliments, lui, ne cessait de grimper. La hausse en un an du coût des denrées alimentaires, selon l’ONU, a été de 40 % à l’échelle mondiale.

Au Canada, l’augmentation observée de 5 % en 2021 paraît bien modeste, mais représente une dépense additionnelle de 700 $ pour une famille canadienne moyenne de quatre personnes. Cela explique l’émergence ces derniers temps d’applications permettant de payer moins cher pour son épicerie.

Qu’est-ce qu’on mange ?

Le programmeur gatinois Pierre Rochon a lancé plus tôt ce printemps une application appelée Cuisine, qui vise à aider les consommateurs à optimiser leurs achats alimentaires. Cuisine est une application qui répond à la question « qu’est-ce qu’on mange ? » en posant deux autres questions : « qu’est-ce qui traîne dans votre frigo ? » et « qu’est-ce qui est en réclame cette semaine ? » explique son créateur.

« L’idée m’est venue de ma situation familiale, toujours à nous demander quoi manger pour souper et à ne pas pouvoir faire certaines recettes par manque d’ingrédients », explique Pierre Rochon. Moyennant 1 $ par mois ou 10 $ par an, Cuisine affiche les rabais de la circulaire des épiciers de la province. Éventuellement, elle les triera par marchands, pour faciliter le magasinage. L’appli permet aussi de chercher parmi les recettes de plusieurs sites de cuisine populaires, que ce soit par curiosité ou pour trouver un moyen d’utiliser des aliments de son frigo dont on ne sait trop que faire.

Pierre Rochon, lui-même utilisateur de l’application, dit épargner une vingtaine de dollars par mois grâce à Cuisine.

Déjouer le marketing en épicerie

M. Rochon adapte à l’ère des mobiles une formule qui existe en ligne depuis quelques années déjà. Le site SOS Cuisine aide lui aussi les consommateurs à établir un menu hebdomadaire en fonction de différents critères, dont leur budget, et selon les articles qui sont en réclame pendant la semaine.

Évidemment, les épiciers savent que les gens sont attirés par ces articles et trichent un peu, parfois, en créant des promotions pour des produits dont le prix n’est pas nécessairement le plus bas sur le marché. Et même s’ils ne sont pas en spécial, certains aliments frais, périssables ou autres changent souvent de prix selon la saison, leur provenance ou leur disponibilité.

Pour savoir si le prix affiché à l’épicerie est une bonne affaire, SOS Cuisine a créé un « Évaluateur de prix » accessible gratuitement qui tient justement compte de l’évolution des prix dans le temps, pour déterminer si ce prix est avantageux ou non.

Réduire ses déchets alimentaires

Les économies potentielles qui sont déjà présentes dans le garde-manger des ménages canadiens sont elles aussi importantes. À la hausse du prix des aliments s’ajoutent 1100 $ d’aliments qui sont jetés annuellement par les quatre membres de la famille canadienne moyenne, selon un rapport du Conseil national Zéro déchets remontant à 2017. Ce sont 140 kilos de produits périssables qui sont achetés, puis inutilisés.

Pour s’attaquer à ce problème des déchets alimentaires, le site Glouton.ca propose depuis des années des recettes sur mesure selon les rabais de la circulaire des épiciers présents au Québec. Le site a aussi un peu plus récemment ajouté une section baptisée « Vide-frigo », qui recommande des recettes selon ce qui traîne dans le garde-manger des internautes. Il leur suffit d’indiquer un, quatre ou plusieurs aliments qu’ils ont en leur possession et le site liste des recettes les utilisant.

En faisant attention, un ménage québécois peut espérer réduire jusqu’à 2000 $ sur un an ses coûts d’épicerie en utilisant des outils comme le Vide-frigo, assure Jean-François Gagné Bérubé, le fondateur de Glouton.ca. Il est donc possible de compenser la hausse du coût des aliments observée depuis un an sans être trop pénalisé dans ses choix de repas.

À voir en vidéo