Sprint pour la réouverture des terrasses

L’équipe du restaurant Le Mékong, à Montréal, prépare la terrasse qui pourra accueillir la clientèle.
ValÉrian Mazataud Le Devoir L’équipe du restaurant Le Mékong, à Montréal, prépare la terrasse qui pourra accueillir la clientèle.

Cela fait environ huit mois qu’ils n’ont pas servi de repas à des clients installés à leurs tables. De nombreux restaurateurs montréalais travaillent d’arrache-pied pour pouvoir accueillir le public sur leurs terrasses dès vendredi, conformément au plan de déconfinement du gouvernement Legault.

Dès 8 h vendredi, il sera possible de déjeuner sur les deux terrasses du bistro français Bagatelle, près du marché Maisonneuve. « Je suis nerveux, excité comme si c’était une nouvelle job, alors que je travaille ici depuis 12 ans, témoigne le gérant, Maxime Després. Pour ma première assiette, je vais peut-être trembler. »

Dans la cuisine et la salle à manger, de nombreux employés s’activaient mardi. « On a hâte de retrouver la clientèle à laquelle on s’est attachés. On sait que les habitués vont être là vendredi matin », se réjouit la serveuse Sadya Ouici en remplissant les sucriers qui retrouveront sous peu leur utilité.

M. Després et son équipe avaient prévu le coup avant même l’annonce officielle du 18 mai. La terrasse sur rue est déjà entièrement installée et aménagée. Même à l’intérieur, les panneaux de plexiglas sont positionnés en prévision de l’ouverture de la salle à manger, dès que la région passera en zone orange.

Mais il reste beaucoup de travail à faire au Bagatelle, dont le recrutement et la formation du personnel, de même que la finalisation du nouveau menu. Par ailleurs, M. Després craint de devoir jouer à la police sur la terrasse, puisque chaque table sera limitée, en zone rouge et orange, à des gens d’une même résidence ou à deux adultes de deux foyers différents.

Des précisions demandées

Et de l’incertitude persiste quant aux règles précises qui devront être respectées sur les terrasses. Que faire en cas de pluie si des clients sont en train de se sustenter ? Faudra-t-il tenir un registre des clients ? Pourront-ils aller aux toilettes ? Quelles heures d’ouverture seront permises ? Est-ce que de l’alcool pourra être servi sans nourriture ? L’Association Restauration Québec (ARQ) espère qu’un arrêté ministériel sera publié sous peu pour confirmer ces conditions d’exploitation.

« Il faudra que les mesures s’assouplissent au fur et à mesure que les régions changeront de palier de couleur. Idéalement, on aimerait bien que la règle des deux mètres soit revue pour nous permettre d’augmenter notre capacité d’accueil », indique aussi le porte-parole de l’ARQ, François Meunier.

En effet, cette distanciation limite la fréquentation des terrasses du Bagatelle à environ 50 % de ce qu’elle serait en temps normal.

Dans ce contexte, le restaurant continuera d’offrir des commandes à emporter et par livraison, ce qu’il n’avait jamais fait avant la pandémie.

« Éventuellement, on va délaisser la livraison. On va voir la réponse des gens. Si c’est quelque chose qu’ils veulent, on pourrait garder le comptoir pour emporter à long terme », dit M. Després.

Certains restaurants, de leur côté, ont décidé de prendre plus de temps avant de déployer leur terrasse. C’est le cas du Montréal Plaza, sur la Plaza Saint-Hubert. L’objectif du chef propriétaire, Charles-Antoine Crête, est d’ouvrir progressivement la terrasse et la salle à manger à partir de la mi-juin, afin de donner des jours de repos à son équipe, qui a travaillé fort sur la production de plats à emporter durant les derniers mois, et d’agrandir celle-ci.

Aide gouvernementale

« Il reste encore deux semaines de menu take-out, parce que j’ai promis à des producteurs d’acheter certains produits et je ne veux pas revenir sur ma parole », a aussi expliqué Charles-Antoine Crête.

Soulignons que, selon toute vraisemblance, les bars et microbrasseries qui possèdent un permis pour servir de la nourriture pourront également ouvrir leurs terrasses.

Ce ne sont toutefois pas tous les établissements qui le feront dès vendredi, souligne le président de la Nouvelle association des bars du Québec, Pierre Thibault. Certains propriétaires attendent de voir s’ils pourront continuer de toucher certaines aides financières gouvernementales pour le mois de juin.

Plus de 5630 permis de terrasses de la Régie des alcools, des courses et des jeux sont détenus en ce moment par des bars et restaurants du Québec. Selon le plan de déconfinement du Québec, elles pourront toutes ouvrir le 11 juin, même pour les bars qui ne servent pas de nourriture.

À voir en vidéo