Des mines de fer québécoises paralysées par une grève

Ce débrayage survient alors que le prix du fer fracasse des sommets.
Photo: Cole Burston/Getty Images/Agence France-Presse Ce débrayage survient alors que le prix du fer fracasse des sommets.

Un bras de fer s’engage entre 2500 mineurs de la Côte-Nord et leur employeur ArcelorMittal. Les membres du syndicat des Métallos ont rejeté à quasi-unanimité l’offre patronale en vue d’une nouvelle convention collective et ont ainsi déclenché lundi soir une grève générale illimitée.

Ce débrayage survient alors que le prix du fer fracasse des sommets. En un an, la valeur du minerai sur les marchés mondiaux a plus que doublé pour atteindre 200 $ la tonne, un record selon divers indices boursiers.

« La conjoncture est excellente, le prix du fer atteint des sommets », a fait valoir le coordonnateur des Métallos pour la Côte-Nord, Nicolas Lapierre, par voie de communiqué. « Une portion doit revenir dans la région, revenir au Québec, faire tourner l’économie régionale plutôt que de partir dans les poches des actionnaires à Londres. »

Les négociations achoppent sur les salaires, les conditions de travail, mais également sur les primes pour la vie en territoire nordique. « Des promesses faites lors des négociations de 2017 et restées sans suite ont aussi creusé l’amertume des syndiqués, notamment quant à la salubrité de certains campements et de certains aliments servis aux travailleurs », plaide le syndicat.

Des lignes de piquetage seront érigées en permanence devant les installations de la compagnie à Port-Cartier ainsi qu’à Fermont.

« Les conditions de travail des employés d’ArcelorMittal sur la Côte-Nord comptent parmi les plus concurrentielles de l’industrie », a répliqué l’employeur, également par communiqué. L’entreprise « souhaite un retour rapide à la table de négociation pour éviter que se prolonge une grève qui ne servira les intérêts de personne ».

Un médiateur mandaté par Québec a supervisé la dernière phase de négociation entre ArcelorMittal et le syndicat.

À voir en vidéo