Les débardeurs du port de Montréal amorcent la première d’une série de grèves

Les 1150 débardeurs du port de Montréal sont sans convention collective depuis septembre 2018.
Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir Les 1150 débardeurs du port de Montréal sont sans convention collective depuis septembre 2018.

Les débardeurs du port de Montréal ont amorcé samedi la première d’une série de grèves devant s’étendre pendant un week-end.

Ce nouveau moyen de pression s’ajoute à la grève des heures supplémentaires lancée cette semaine.

Ils cesseront le travail les samedis et les dimanches pour une durée illimitée, mais ne dresseront pas de piquets de grève.

Des représentants des deux parties se sont rencontrés, jeudi, en présence des trois médiateurs déjà affectés au dossier par le ministère fédéral du Travail.

Plus tôt cette semaine, six associations patronales avaient fait une sortie publique commune pour accroître la pression, demandant l’intervention personnelle du premier ministre Justin Trudeau, quitte à adopter une loi spéciale pour mettre fin au conflit.

Les 1150 débardeurs du port de Montréal sont sans convention collective depuis septembre 2018.

Le premier vote de grève remonte à décembre 2018. Il a été réitéré régulièrement depuis.

La grève partielle a été annoncée par le syndicat, dimanche dernier, après que l’Association des employeurs maritimes eut annoncé qu’elle allait réduire les conditions de rémunération des débardeurs.