Fruit d’or avale un concurrent américain

Fruit d’or se présente comme le numéro un mondial de la transformation de canneberges biologiques et comme le deuxième transformateur de bleuets sauvages biologiques en importance. La compagnie traite annuellement environ 50 000 tonnes de canneberges et exploite cinq sites au Québec.
Photo: Kenneth Wiedemann Getty Images Fruit d’or se présente comme le numéro un mondial de la transformation de canneberges biologiques et comme le deuxième transformateur de bleuets sauvages biologiques en importance. La compagnie traite annuellement environ 50 000 tonnes de canneberges et exploite cinq sites au Québec.

Le transformateur québécois de canneberges et de bleuets sauvages Fruit d’or fait une incursion en sol américain en mettant la main sur Decas Cranberry Products, espérant ainsi poursuivre sa croissance.

« Cela nous positionne comme un incontournable pour approvisionner des marques privées. Nous sommes un joueur incontournable et on devient une multinationale », s’est réjoui en entrevue téléphonique le président et fondateur de l’entreprise québécoise, Martin Le Moine.

Le montant de la transaction annoncée mardi n’a pas été dévoilé, mais cette dernière devrait ajouter une cinquantaine de millions de dollars au chiffre d’affaires annuel de Fruit d’or, qui franchira ainsi la barre des 250 millions. L’effectif du groupe passera à environ 500 personnes.

Pour la compagnie fondée en 2000 et établie à Villeroy, dans le Centre-du-Québec, l’acquisition constitue un « tournant », estime M. Le Moine. La décision d’effectuer une incursion aux États-Unis découlait d’une réflexion stratégique entamée en 2019.

C’est l’entreprise québécoise qui a approché Decas afin de conclure une transaction.

« On parle d’achat local et, aux États-Unis, c’est la même chose, a fait valoir Martin Le Moine. Il n’y a pas de règlement qui nous empêche de vendre là-bas. Mais à prix égal, un fournisseur américain sera choisi. La transaction nous permet d’être sur un pied d’égalité avec nos concurrents. »

« Engagement commun »

Fruit d’or propose des produits destinés à la transformation ainsi que des fruits séchés et des jus biologiques. Ses produits sont distribués dans plus de 50 pays.

Decas, également une entreprise familiale fondée par des immigrants grecs, a vu le jour en 1934. Elle compte environ 90 employés et une usine pour transformer ses propres canneberges et celles provenant de plus de 150 producteurs répartis des deux côtés de la frontière. Elle poursuivra ses activités en tant que filiale de Fruit d’or.

Dans un communiqué, le président et directeur général de Decas, Michael McManama, a souligné que les deux compagnies partageaient un « engagement commun et des valeurs similaires ».

Fruit d’or se présente comme le numéro un mondial de la transformation de canneberges biologiques et comme le deuxième transformateur de bleuets sauvages biologiques en importance. La compagnie traite annuellement environ 50 000 tonnes de canneberges et exploite cinq sites au Québec.

En septembre dernier, Fruit d’or avait annoncé un investissement de 17,5 millions de dollars pour agrandir et moderniser son usine de Plessisville.

À voir en vidéo