Air Canada réduit son service et fait 1500 autres mises à pied

Cette autre vague de mises à pied chez Air Canada, qui avait supprimé 20 000 postes au printemps dernier, survient à la suite du dernier tour de vis du gouvernement Trudeau envers les voyages internationaux.
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir Cette autre vague de mises à pied chez Air Canada, qui avait supprimé 20 000 postes au printemps dernier, survient à la suite du dernier tour de vis du gouvernement Trudeau envers les voyages internationaux.

Le couperet tombe une fois de plus dans l’industrie aérienne au moment où les restrictions imposées dans la foulée de la pandémie de COVID-19 sont resserrées. Air Canada réduit de nouveau son service, ce qui entraînera au moins 1500 nouvelles mises à pied chez ses syndiqués.

À compter du 18 février, le transporteur aérien suspendra, au moins jusqu’au 30 avril, 17 liaisons depuis Montréal, Toronto et Vancouver. Huit liaisons vers les États-Unis sont touchées, ainsi que neuf autres à l’international — notamment vers Londres, Tokyo, Bogotá et So Paulo.

Gestionnaires en congé forcé

Un nombre indéterminé de gestionnaires se retrouveront également en congé forcé. « Nous procédons à une réduction supplémentaire de notre horaire commercial transfrontalier et international en raison de l’impact de la COVID-19 », a souligné Air Canada, mardi, dans une déclaration.

Cette autre vague de mises à pied chez Air Canada — qui avait aboli 20 000 postes au printemps dernier — survient à la suite du dernier tour de vis du gouvernement Trudeau envers les voyages internationaux. Des quarantaines obligatoires à l’hôtel pour les passagers qui arriveront au pays seront obligatoires.

Ottawa en a rajouté une couche, mardi, en annonçant que dès le 15 février, les voyageurs qui reviennent au Canada par la voie terrestre devront présenter un résultat de test négatif à la COVID-19 réalisé dans les 72 dernières heures.

Air Canada n’a pas fourni plus de détails, comme les catégories de syndiqués et la ventilation du nombre d’employés par province, qui seront touchées par cette nouvelle réduction d’effectifs. « Air Canada communiquera avec les clients dont les réservations sont touchées pour leur proposer diverses options, notamment des itinéraires de remplacement », a indiqué la compagnie, sans évoquer de remboursements.

Les compagnies aériennes négocient depuis des mois à propos d’une aide sectorielle avec le gouvernement Trudeau, qui exige qu’une intervention s’accompagne de remboursements aux voyageurs dont les vols ont été annulés depuis le début de la crise sanitaire. Wesley Lesosky, qui préside la composante Air Canada du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), a attribué cette nouvelle réduction d’effectifs aux plus récentes restrictions.

Air Canada communiquera avec les clients dont les réservations sont touchées pour leur proposer diverses options, notamment des itinéraires de remplacement

 

Dans un courriel, il a une fois de plus rappelé qu’Ottawa mettait trop de temps à venir en aide à l’industrie. « Nous saluons la nécessité de prendre des mesures pour empêcher la propagation des variants [du nouveau coronavirus], a déclaré M. Lesosky. Mais les restrictions doivent être accompagnées de solutions. »

Air Transat et WestJet

Des réductions de service, qui s’étaient accompagnées de mises à pied, avaient été annoncées par Air Canada, WestJet et Transat A.T. dans la foulée de l’imposition par Ottawa, le mois dernier, de nouvelles règles de dépistage de la COVID-19. Le plus grand transporteur aérien au pays avait notamment envoyé plus de 1700 personnes en congé forcé, en plus d’abaisser la cadence de ses activités de l’ordre de 25 % en raison d’une baisse des réservations.

Depuis qu’ils ont accepté de suspendre les vols vers les destinations soleil jusqu’au 30 avril à la demande d’Ottawa, les transporteurs ont réduit leurs activités. Air Transat sera à l’arrêt, alors que WestJet a annoncé de nouvelles mises à pied la semaine dernière. Air Canada a également décidé de suspendre indéfiniment toutes les activités de sa filiale à bas prix Rouge, ce qui a entraîné 80 licenciements.

Depuis le début de l’année, Air Transat a transmis environ 450 notifications de mises à pied, selon l’entreprise.

Entente commerciale entre Sunwing et Marriott

Groupe de voyage Sunwing a annoncé que sa division hôtelière, Blue Diamond Resorts, a signé un accord de commercialisation avec Marriott International, plus grande chaîne hôtelière au monde. Dans le cadre de cet accord, 19 des 45 propriétés composant le portefeuille de Blue Diamond Resorts feront partie de l’Autograph Collection de Marriott International d’ici le milieu de l’année 2021. Sunwing « bénéficiera désormais des accords mondiaux de partenariat et de distribution de Marriott, en plus du programme de fidélité de Marriott International, qui compte plus de 145 millions de membres à travers le monde », indique le voyagiste.

Par ailleurs, Stephen Hunter, président et chef de la direction de Sunwing, est revenu sur une information média voulant que le groupe ait reçu une offre pour sa division aérienne. Dans une entrevue au magazine spécialisé Travel Industry, il a rappelé que le modèle d’affaires de Sunwing repose sur l’intégration verticale et que la division aérienne en est une composante vitale. Stephen Hunter a martelé que le voyagiste dominant entre le Canada et les destinations soleil n’était pas à vendre, en tout ou en partie.

Sunwing vient, d’ailleurs, de conclure une entente avec le gouvernement fédéral lui donnant accès à des liquidités de 375 millions pour protéger les emplois dans le cadre du programme de Crédit d’urgence pour les grands employeurs.

Le Devoir


À voir en vidéo