Le centre-ville achalandé pour la réouverture des commerces

Au Sports Experts de la rue Sainte-Catherine, ils étaient nombreux, pour un lundi, à déambuler parmi les articles de sport en solde.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Au Sports Experts de la rue Sainte-Catherine, ils étaient nombreux, pour un lundi, à déambuler parmi les articles de sport en solde.

Les clients étaient au rendez-vous lundi dans la principale artère commerciale du centre-ville de Montréal à l’occasion de la réouverture des magasins, dont les portes étaient fermées depuis le 25 décembre.

À 13 h, 3500 personnes se pressaient dans les 175 boutiques du Centre Eaton et 1900 à la Place Montréal Trust, selon le propriétaire, Ivanhoé Cambridge. Le portrait était similaire à 14 h et à 15 h. Des files d’attente étaient visibles devant certains magasins, comme Sephora et EB Games.

« Il s’agit d’un achalandage moins élevé que lors de la semaine et demie avant Noël, mais au-delà d’un achalandage régulier le lundi », a précisé Gabrielle Meloche, conseillère aux affaires publiques pour Ivanhoé Cambridge. Elle souligne que plusieurs clients se sont prévalus de cartes-cadeaux ou ont retourné ou échangé des cadeaux reçus pendant les Fêtes.

Au Sports Experts de la rue Sainte-Catherine, à 14 h, une centaine de personnes avaient déjà été comptabilisées à l’entrée. Ils étaient donc très nombreux, pour un lundi, à déambuler parmi les articles de sport en solde, certains à 50 % de rabais.

« On voit un peu le même scénario que quand on a rouvert après le premier confinement au mois de mai. Mais au lieu d’être ici pour des vélos, les gens achètent des manteaux d’hiver, des bottes et beaucoup d’accessoires, a affirmé le directeur du magasin, Cedrik Parent. On a vraiment hâte au week-end, je pense que l’achalandage va être trois ou quatre fois celui d’aujourd’hui. »

Le directeur de la société de développement commercial Montréal centre-ville a constaté « un regain de vie » au centre-ville. « Ça fait beaucoup de bien, mais on est loin de sabler le champagne », a dit Glenn Castanheira.

 

Pas sortis du bois

Les commerces restent prudents et ont toujours la crainte d’un nouveau confinement. Par ailleurs, la fermeture des bars et des salles à manger des restaurants, qui est maintenue, fait mal aux détaillants. « Le bar attire des gens qui vont dans un commerce, le commerce attire des gens qui vont chez le coiffeur, le coiffeur attire des gens qui vont chez un autre détaillant… Tout ça est un écosystème. Tant qu’une partie de cet écosystème sera sur pause, les détaillants vont être amputés d’une partie de l’achalandage. C’est sans compter l’expérience client, qui est diminuée par le port du masque et les autres mesures sanitaires », a souligné M. Castanheira.

Pour le magasin Layton Audio, rue Sainte-Catherine, le retour aux bonnes affaires sera difficile tant que les travailleurs ne seront pas de retour dans les tours de bureaux. « On a des clients fidèles, mais ils travaillent maintenant de la maison et ils ne viennent pas au centre-ville », a expliqué le propriétaire, Sheldon Cohen. Il est heureux de pouvoir ouvrir ses portes, mais croit que l’avenir est incertain.

Par ailleurs, les mesures sanitaires sont bien en place dans les commerces. Le nombre de clients est contrôlé à l’entrée, et le port du masque et la désinfection des mains sont obligatoires. Au magasin de vêtements Uniqlo, une préposée prend même la température des clients devant la porte.

L’achalandage semble également avoir été élevé ailleurs au Québec. Par exemple, au centre commercial Laurier Québec et à la Place Ste-Foy, le nombre de clients a atteint 50 % de la capacité d’accueil.

À voir en vidéo