La chaîne de cafés Second Cup devient québécoise

Malgré les perturbations provoquées par la pandémie de COVID-19, la société Foodtastic, a accepté de verser 14 millions à l’ontarienne Aegis Brands pour mettre la main sur l’entreprise qui a vu le jour en 1975.
Photo: Getty Images Malgré les perturbations provoquées par la pandémie de COVID-19, la société Foodtastic, a accepté de verser 14 millions à l’ontarienne Aegis Brands pour mettre la main sur l’entreprise qui a vu le jour en 1975.

La chaîne de cafés Second Cup deviendra québécoise en étant rachetée par le franchiseur Foodtastic, qui souhaite profiter de l’empreinte du réseau de sa dernière prise afin d’accélérer l’expansion des autres enseignes de son portefeuille.

Malgré les perturbations provoquées par la pandémie de COVID-19, la société québécoise, active au chapitre des acquisitions ces dernières années, a décidé de prendre une autre bouchée en acceptant de verser 14 millions en espèces à l’ontarienne Aegis Brands pour mettre la main sur l’entreprise qui a vu le jour en 1975.

« C’est la plus grosse en matière de volume et [de nombre] d’emplacements », a expliqué lundi au téléphone le président et chef de la direction de Foodtastic, Peter Mammas, en faisant référence au réseau de Second Cup, qui compte plus de 190 cafés — dont quelque 45 au Québec. « Je crois que les Québécois vont apprécier d’aller dans une chaîne qui appartient à une entreprise québécoise plutôt que d’acheter chez les chaînes américaines », a-t-il ajouté, en expliquant que son entreprise avait effectué la première approche il y a environ six mois.

L’entreprise propriétaire d’enseignes comme les Rôtisseries Benny, Au Coq, La Belle et La Bœuf, Monza, Carlos & Pepe’s, Souvlaki Bar, Nickels, Big Rig et Chocolato et Bacaro a accepté de verser 14 millions. À cela doivent s’ajouter des redevances qui seront versées à Aegis Brands si Second Cup réalise des bénéfices. Foodtastic assume également les baux de tous les franchisés.

Conscient que plusieurs cafés ne survivront pas à la crise sanitaire, M. Mammas croit qu’il existe des façons de convertir certains établissements. « C’est une occasion pour nos marques québécoises dans le reste du Canada, a-t-il dit. Nous allons être plus présents à Toronto, à Calgary et dans l’Ouest canadien. Nous avons 16 concepts que l’on peut implanter dans des cafés fermés. Cela peut nous permettre d’absorber une partie des baux. »

Avant d’aller de l’avant avec des conversions, il reste encore « beaucoup de travail à faire », a expliqué le dirigeant de Foodtastic, en soulignant que la transaction devra être conclue et que des rencontres doivent se tenir avec les franchisés de Second Cup.

Aegis Brands, qui détient la chaîne de cafés Bridgehead à Ottawa et Hemisphere Cannabis, a pour sa part souligné, dans un communiqué, que la transaction lui permettrait de renforcer son bilan financier et de financer d’autres acquisitions. La pandémie n’a pas épargné Second Cup, qui avait vu les ventes de ses établissements ouverts depuis au moins un an plonger de 41,5 % au troisième trimestre terminé le 26 septembre. À l’heure actuelle, le réseau de Foodtastic compte 130 restaurants et génère des ventes annuelles estimées par la société à 240 millions.

Le franchiseur dispose de 85 millions en liquidités pour réaliser d’autres acquisitions, selon son dirigeant, qui a dit ne pas avoir l’intention de ralentir la cadence. « Nous voulions ajouter un créneau comme celui du café, où nous n’étions pas présents, a dit M. Mammas. Nous visons des secteurs où nous ne sommes pas. »

À voir en vidéo