Huit entreprises québécoises du secteur culturel se partagent plus de 3,3 millions

Sphère Média qui distribue le film «Nadia, Butterfly», compte parmi les entreprises québécoises qui bénéficieront du soutien fédéral.
Photo: Sphère Média Sphère Média qui distribue le film «Nadia, Butterfly», compte parmi les entreprises québécoises qui bénéficieront du soutien fédéral.

Le programme Exportation créative Canada offre un financement de plus de 3,3 millions de dollars à huit entreprises du Québec du secteur culturel qui désirent concrétiser un projet d’exportation à l’international.

Le ministre du Patrimoine canadien, Steven Guilbeault, en a fait l’annonce lundi lors d’une conférence virtuelle.

« L’onde de choc qui nous a frappés cette année a été terrible, a-t-il dit d’entrée de jeu. Notre gouvernement est conscient des défis. » C’est pourquoi son équipe a travaillé à mettre en place des solutions, a expliqué M. Guilbeault.

Grâce à un investissement total de 7,9 millions de dollars, le troisième appel de propositions mené dans le cadre d’Exportation créative Canada a permis de retenir 16 projets culturels au Canada, dont 8 au Québec.

Parmi les entreprises québécoises qui bénéficieront du soutien fédéral figurent notamment Sphère Média — qui produit Génial !, diffusée à Télé-Québec, et distribue le film Nadia, Butterfly, présenté en sélection officielle au Festival de Cannes 2020. Il y a aussi Média Ranch, une société de production qui a relancé l’émission culte des années 1990 Surprise sur prise en France au mois d’avril dernier, en pleine pandémie.

La directrice Sophie Ferron indique que le concept d’émission de caméra cachée qui piège des vedettes à leur insu a récemment été vendu sur deux nouveaux territoires européens. Elle ne peut toutefois dévoiler le nom des pays pour l’instant, pour, justement, préserver « l’effet de surprise ».

Mme Ferron, qui se trouve actuellement à Los Angeles dans l’espoir de conclure des ententes de vente et de distribution de contenus à l’étranger, estime que 98 % de son chiffre d’affaires provient de l’extérieur de la province.

Les négociations vont bon train, selon la principale intéressée. « On a conclu des ententes importantes et on sent que le vent tourne », dit-elle. Ce vent de renouveau se fait d’autant plus sentir depuis les résultats de la présidentielle américaine, explique-t-elle.

« On le sent qu’il y a un poids qui tombe, que les gens ont plus confiance en l’avenir, on le voit à la différence dans le pas des gens. C’est fou comme on le constate en seulement deux jours, s’exclame-t-elle. On entendait les gens dans les appartements voisins hurler de joie et les autos qui klaxonnaient. » Elle espère que la vague d’espoir qui traverse la Californie lui sera favorable.

« Aujourd’hui, en ces temps difficiles, les industries culturelles ont plus que jamais un rôle déterminant à jouer pour embellir nos vies, a affirmé M. Guilbeault. Les créateurs, qui se retrouvent devant une grande incertitude économique, ont, quant à eux, besoin de notre soutien. » Le gouvernement fédéral est fier d’aider les entreprises à percer les marchés étrangers pour les faire rayonner sur la scène internationale, a ajouté le ministre du Patrimoine canadien.

Le programme de financement Exportation créative Canada, créée en 2018, donne aux entreprises et aux organismes œuvrant dans le secteur de la création les outils et les mécanismes nécessaires pour exporter leur contenu créatif avec succès.

Un nombre limité de projets seront financés chaque année en raison de la très forte compétition au sein de ce programme fédéral. Rappelons qu’en février dernier, le collectif Les 7 Doigts avait reçu une aide financière de 255 000 $ dans le cadre de cette initiative.

Ce reportage a été préparé dans le cadre du programme de Bourses Facebook et La Presse canadienne pour les nouvelles.

À voir en vidéo