Légère embellie dans l’univers des entreprises en juin

Le nombre d’entreprises qui ont fermé leurs portes entre mai et juin a toutefois augmenté de 2% au Québec, de 3,9% à Montréal.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Le nombre d’entreprises qui ont fermé leurs portes entre mai et juin a toutefois augmenté de 2% au Québec, de 3,9% à Montréal.

L’assouplissement des restrictions liées à la COVID-19 a été accompagné d’une hausse importante des ouvertures d’entreprises de mai à juin. Le nombre d’entreprises actives demeurait toutefois inférieur de plus de 100 000, ou de 13 %, à son niveau de février.

Selon les données publiées par Statistique Canada, le nombre d’entreprises nouvellement ouvertes s’est accéléré entre mai et juin au Canada. Il a bondi de 34 %, à 52 723, après s’être maintenu autour des 36 000 mensuellement, en moyenne, entre les mois de février et mai.

Pour sa part, le nombre d’entreprises nouvellement fermées s’est replié de 5,6 % entre mai et juin, pour revenir à 56 296. « Néanmoins, il s’agit d’une hausse de 44 % par rapport au nombre observé en février avant la COVID-19. » Et partant de 39 104 en février, ce dernier nombre avait atteint un pic à 89 124 en avril.

Le nombre d’entreprises qui ont fermé leurs portes entre mai et juin a toutefois augmenté de 2 % au Québec, de 3,9 % à Montréal.

« À l’exception du Québec, chaque province et territoire a continué d’afficher une baisse », a souligné Statistique Canada. « Au Québec, la hausse du nombre de fermetures d’entreprises est en grande partie attribuable aux augmentations enregistrées dans les secteurs des autres services, du transport et de l’entreposage, et du commerce de gros. » Néanmoins, « dans toutes les provinces et tous les territoires, à l’exception de l’Île-du-Prince-Édouard et du Yukon, le nombre de fermetures d’entreprises est demeuré plus élevé que le nombre observé en février avant la COVID-19 ».

2%
C’est l’augmentation du nombre d’entreprises qui ont fermé leurs portes entre mai et juin au Québec.

Statistique Canada prend soin de préciser qu’il s’agit d’estimations « produites dans le cadre de la série expérimentale de données mensuelles ». Elle invite à utiliser ces données avec prudence.

Au Canada

À l’échelle canadienne, 8,3 % des quelque 800 000 entreprises actives en février ont fermé leurs portes en mars, puis 9,2 % en avril, ce qui représente une proportion totale de 17,5 %.

Et malgré l’embellie de juin, les données de l’agence fédérale indiquent qu’on dénombrait 695 194 entreprises actives en juin, contre 797 501 en février, soit quelque 102 300 ou 13 % de moins qu’avant la pandémie.

Si l’on exclut le jeu des nouvelles ouvertures et fermetures d’un mois à l’autre, le nombre d’entreprises dites en exploitation continue se chiffrait à 641 107 en juillet, soit un niveau inférieur de 121 158 ou de 16 % par rapport aux 762 265 de février.

695 194
C’est le nombre d’entreprises actives en juin, contre 797 501 en février, soit quelque 102 300 de moins qu’avant la pandémie.

Les secteurs les plus touchés

Parmi les industries les plus touchées par la pandémie, dans les entreprises qui étaient actives en février, la plus grande proportion des fermetures a été observée dans les secteurs des services d’hébergement et de restauration (22,8 %), du transport et de l’entreposage (20,6 %) et des autres services (19,5 %).

En revanche, la proportion des entreprises actives qui ont fermé leurs portes en mars et en avril était la plus faible dans les secteurs des services publics (8,2 %), du commerce de gros (11 %) et de la fabrication (11,7 %).

22,8%
C’est la proportion observée des fermetures d’entreprises qui étaient actives en février dans les secteurs des services d’hébergement et de restauration, qui comptent parmi les industries les plus touchées par la pandémie.

« Dans le secteur des services d’hébergement et de restauration, le nombre de fermetures d’entreprises est demeuré plus de deux fois plus élevé (en juin) que le niveau affiché avant la pandémie, tandis que, dans tous les autres secteurs, ce nombre était moins de deux fois plus élevé », ajoute l’agence fédérale.

Des réouvertures

À l’opposé, les entreprises ont rouvert leurs portes dans l’ensemble des secteurs. « Les plus grandes proportions de réouvertures ont été observées dans le secteur des services publics, celui de la foresterie, de la pêche et de la chasse et celui de la construction, qui ont représenté plus du quart des entreprises qui ont fermé leurs portes en mars et en avril dans ces secteurs. »

Mais dans les secteurs des services d’hébergement et de restauration, du transport et de l’entreposage et des autres services, moins d’une entreprise sur cinq a rouvert ses portes.

 

À voir en vidéo