La pandémie met l’insolvabilité sur pause

Le nombre total des dossiers d’insolvabilité au Canada a reculé de 5,5 % entre le quatrième trimestre de 2019 et le premier de 2020.
Photo: Getty Images/iStockphoto Le nombre total des dossiers d’insolvabilité au Canada a reculé de 5,5 % entre le quatrième trimestre de 2019 et le premier de 2020.

La pandémie a permis une pause dans la montée de l’insolvabilité au Canada. Une fois l’assouplissement des conditions de paiement et l’aide au revenu des gouvernements derrière nous, une montée en flèche des dossiers en souffrance devrait toutefois suivre, craint l’Association canadienne des professionnels de l’insolvabilité et de la réorganisation (ACPIR).

Selon les statistiques officielles du Bureau du surintendant des faillites (BSF), le nombre total des dossiers d’insolvabilité au Canada a reculé de 5,5 % entre le quatrième trimestre de 2019 et le premier de 2020. Uniquement en mars, il était en repli de 9,1 % par rapport au mois correspondant de 2019. Par population, le repli atteignait 8,5 % chez les consommateurs et 6,2 % chez les entreprises.

« Cette baisse est en grande partie attribuable à l’assouplissement des modalités de paiement apporté par les créanciers, les locateurs et les administrateurs, allié aux mesures temporaires de soutien du revenu mises en place par le gouvernement. Ces formes d’aide ont permis à de nombreux Canadiens de joindre les deux bouts […]. Mais leur problème d’endettement n’est toujours pas réglé », souligne Mark Rosen, président du conseil de l’ACPIR. Les professionnels de l’insolvabilité s’attendent à ce que le nombre de dossiers d’insolvabilité de consommateurs monte en flèche dans la foulée de la COVID-19. « La pandémie accroîtra l’endettement excessif auquel les Canadiens faisaient déjà face », ajoute-t-il.

5,5 %
C’est le recul du nombre total des dossiers d’insolvabilité au Canada entre le quatrième trimestre de 2019 et le premier de 2020, selon le Bureau du surintendant des faillites.

Déjà avant la pandémie, et malgré le plongeon de mars, les données du BSF font ressortir une hausse de 8,4 % du nombre total de dossiers d’insolvabilité au Canada entre les premiers trimestres de 2019 et de 2020.

Les faillites étaient en baisse de 3 %, mais les propositions concordataires affichaient une progression de 17,4 %. L’augmentation se chiffrait à 8,7 % chez les consommateurs, tandis qu’un léger recul de 0,9 % était mesuré chez les entreprises.

Au Québec, les dossiers d’insolvabilité étaient en hausse de 2,2 % entre ces deux trimestres de comparaison. L’augmentation atteignait 2,4 % chez les consommateurs, alors qu’un recul de 1,6 % était observé chez les entreprises.

Ces données témoignent d’une détérioration constante de la qualité du crédit observée l’an dernier. Selon l’agence Equifax, un stress financier accru était alors palpable. Le taux de délinquance mesurant les retards de paiement de 90 jours ou plus atteignait 1,19 % à la fin de 2019 sur la dette excluant l’hypothèque, en hausse de 11 points de pourcentage. Ce taux était le plus élevé depuis 2012. Celui sur un prêt hypothécaire était également en hausse, pour finir 2019 à 0,18 %. Quoique se maintenant à un faible niveau, il s’agissait du taux le plus élevé depuis 2016. Equifax faisait également ressortir que le nombre de propositions de consommateur poursuivait sa tendance haussière.

Le taux de délinquance à la fin de 2019 était le plus élevé chez les 26-35 ans, à 1,71 %, suivis des 18-25 ans, à 1,65 %, tous deux en hausse de plus de 11 points de pourcentage par rapport à 2018.