Les actionnaires de Power seront consultés sur la rémunération des dirigeants

Paul Desmarais fils (au centre) et André  Desmarais  (à droite),  en compagnie de Jeffrey Orr
Chris Young La Presse canadienne Paul Desmarais fils (au centre) et André Desmarais (à droite), en compagnie de Jeffrey Orr

La liste des compagnies qui soumettent la rémunération des hauts dirigeants au vote consultatif des actionnaires compte un nouveau membre : Power Corporation du Canada. Après avoir déclaré dans le passé qu’une telle opération ne servirait ni les intérêts de l’entreprise ni ceux des actionnaires, le conglomérat financier a fait volte-face et permettra la tenue d’un vote lors de son assemblée de 2021.

Cette décision, faite après des représentations du Mouvement d’éducation et de défense des actionnaires (MEDAC), se trouve dans la circulaire de direction préparée par la société pour la prochaine assemblée des actionnaires, prévue le 15 mai 2020.

« Ça fait des années qu’on le réclame », dit en entrevue téléphonique le directeur du MEDAC, Willie Gagnon. Face aux demandes répétées de l’organisme, le conseil d’administration affirmait généralement que les conditions de rémunération de la direction sont adéquates et qu’elles visent le rendement à long terme, « ce qui profite à tous les actionnaires », comme elle l’indiquait par exemple en 2019.

La décision « coïncide » avec un changement de garde chez Power, a observé M. Gagnon. Paul Desmarais fils et André Desmarais ont annoncé en décembre 2019 qu’ils quittaient les commandes de l’entreprise bâtie par leur père afin de prendre leur retraite.

Les deux frères occupaient tous les deux le poste de co-chef de la direction, une fonction qu’occupe maintenant une seule personne, Jeffrey Orr. Ils demeurent au conseil d’administration.

La circulaire de direction publiée vendredi dernier ne mentionne pas explicitement les raisons ayant poussé l’entreprise à accepter la tenue d’un vote. « Le conseil a décidé d’accepter la proposition du MEDAC et adoptera volontairement une politique selon laquelle, à compter de 2021, la société demandera aux actionnaires de se prononcer sur une résolution relative à sa démarche en matière de rémunération des hauts dirigeants dans le cadre d’un vote consultatif non contraignant », indique-t-elle notamment. Puisqu’un vote aura lieu, il a été convenu par le MEDAC que « la proposition est retirée ».

Ça fait des années qu’on le réclame

Par ailleurs, toujours à la demande du MEDAC, Power Corporation a également accepté de ventiler le résultat des votes d’actionnaires par classes d’actions, ce qui permettra de distinguer avec précision l’avis des actionnaires ordinaires et des détenteurs d’actions à droit de vote multiple. Ce sont ces dernières qui permettent à la famille d’exercer un contrôle sur l’entreprise même si elle ne détient pas une majorité d’actions.

La décision de Power face aux deux propositions « n’est aucunement liée au départ à la retraite de Paul et André Desmarais comme co-chefs de la direction de Power Corporation », a affirmé Stéphane Lemay, vice-président, chef du contentieux et secrétaire de l’entreprise. « Ceux-ci demeurent d’ailleurs, respectivement, président et président délégué du conseil et activement impliqués dans la gouvernance de l’entreprise. Le conseil évalue par ailleurs à chaque année les propositions d’actionnaires et la meilleure décision à prendre pour la société, en tenant compte notamment des circonstances alors applicables et des diverses parties prenantes. C’est ce que le conseil de Power a à nouveau fait cette année. »

Dans son argumentaire sur le vote de rémunération, le MEDAC avait souligné que sa proposition avait récolté un appui de plus de 23 % l’an dernier. « En excluant les droits de vote multiple qui sont détenus par la société Pansolo à travers ses actions de contrôle, il a été possible de constater que près de 70 % des actionnaires ordinaires » étaient alors pour un vote sur la rémunération, selon le MEDAC.

Environ 250 sociétés canadiennes ont mis en place un tel vote, comme c’est le cas pour quatre entreprises sur cinq dans l’indice S&P TSX 60.