Un nombre record de 6,6 millions d’Américains font appel à l’assurance-emploi

Un homme promène son chien devant un sans-abri dormant sous un message peint sur une boutique à San Francisco, en Californie.
Photo: Josh Edelson Agence France-Presse Un homme promène son chien devant un sans-abri dormant sous un message peint sur une boutique à San Francisco, en Californie.

Plus de 6,6 millions d’Américains ont demandé des prestations d’assurance-emploi la semaine dernière — doublant le record établi une semaine plus tôt — un signe que les mises à pied s’accélèrent en cette crise de la COVID-19.

Le rapport étonnant, publié jeudi par le département du Travail, a montré que les suppressions d’emplois grimpaient dans le contexte économique qui prévaut aux États-Unis et à l’étranger, qui annonce certainement une grave récession, alors que les entreprises ferment à travers le monde.

Les demandes de prestations d’assurance-emploi reflètent généralement la cadence des mises à pied. Combinée au rapport de la semaine dernière, qui faisait état de 3,3 millions de nouvelles demandes de prestations lors de la semaine précédente, l’économie américaine a maintenant subi près de 10 millions de mises à pied au cours des dernières semaines, dépassant de loin le chiffre enregistré par le passé pour toute période correspondante.

Certaines des réclamations de la semaine dernière sont probablement des retards dans les dépôts de la semaine précédente, puisque les bureaux de l’État qui gèrent les allocations de chômage ont été submergés par l’augmentation des demandes en ligne et au téléphone. Pourtant, bon nombre de ces bureaux ont encore du mal à traiter toutes les demandes reçues. Par conséquent, les demandes de prestations resteront probablement extrêmement élevées au cours des prochaines semaines.

L’ampleur des mises à pied a conduit de nombreux économistes à envisager jusqu’à 20 millions de pertes d’emploi d’ici fin avril. Ce serait plus du double des 8,7 millions d’emplois perdus pendant la Grande Récession. Le taux de chômage pourrait atteindre 15 % ce mois-ci, ce qui serait supérieur au précédent record de 10,8 % établi lors de la profonde récession de 1982.

Les employeurs réduisent leur masse salariale pour essayer de rester à flot parce que leurs revenus ont disparu, en particulier dans les restaurants, les hôtels, les gymnases, les cinémas et autres lieux qui dépendent des visites en personne. Les ventes d’automobiles ont baissé et des usines ont fermé.

Environ 90 % de la population américaine est désormais sous le coup d’une ordonnance de confinement à domicile, imposée par la plupart des États américains. Cette tendance a intensifié la pression sur les entreprises, dont la plupart doivent payer des loyers, des prêts et d’autres factures.

Les demandes de prestations d’assurance-emploi ont explosé dans les 50 États du pays.