Le Canada s’éloigne un peu plus d’éventuelles baisses des taux d’intérêt

<p>Le taux directeur de la banque centrale se situe à 1,75% depuis octobre 2018.</p>
Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne

Le taux directeur de la banque centrale se situe à 1,75% depuis octobre 2018.

La Banque du Canada semble de moins en moins disposée à baisser ses taux d’intérêt.

La banque centrale canadienne a laissé son taux directeur inchangé à 1,75 %, mercredi. Ce taux cible du financement à un jour, qu’elle applique aux institutions financières et que ces dernières répercutent par la suite vers les entreprises et les ménages qui font affaire avec elles, n’a pas bougé depuis plus d’un an, alors que, dans plus d’une trentaine de pays, les autorités ont assoupli leurs conditions monétaires pour compenser le ralentissement économique.

Se disant confortée, pour le moment, dans ses prévisions économiques d’octobre, la Banque rapporte même, dans son communiqué, « des signes naissants d’une stabilisation de l’économie mondiale », ainsi qu’une « diminution des craintes d’une récession », qu’elle tempère toujours par les risques que font peser « les conflits commerciaux continus et l’incertitude qui en découle ».

Au Canada, bien que la croissance ait ralenti au troisième trimestre, l’économie peut toujours compter sur les dépenses des ménages « soutenues par la croissance plus forte des salaires » et la vigueur du marché immobilier, note l’institution présidée par le gouverneur Stephen Poloz. En berne depuis des mois à cause de l’incertitude de la situation mondiale, les dépenses d’investissement des entreprises ont, récemment, « affiché une forte croissance inattendue » qui se maintiendra peut-être.

Le statu quo du taux cible des fonds à un jour devrait se prolonger tout au long de 2020

 

La banque centrale se promet aussi de rester attentive à « l’évolution de la politique budgétaire » des gouvernements en cette veille de discours du Trône, jeudi, à Ottawa, où l’on s’attend à ce que le premier projet de loi du gouvernement réélu porte sur des baisses d’impôts pour la classe moyenne.

Globalement, on s’attend toujours à un léger raffermissement de la croissance économique les deux prochaines années et à un maintien de l’inflation aux alentours de la cible de 2 %.

Optimisme inattendu

La totalité des analystes sondés par l’agence de nouvelles Bloomberg avait prédit que la Banque du Canada laisserait son taux directeur inchangé mercredi. Plusieurs se sont toutefois avoués étonnés par son ton relativement optimiste, qui semble, pour le moment, écarter tout assouplissement monétaire à venir.

Les analystes n’ont pas été les seuls à être déjoués par la banque centrale, a remarqué l’économiste de la Banque Scotia, Derek Holt. L’éloignement inattendu de la perspective d’une baisse des taux d’intérêt au Canada, mercredi, a suscité un nouvel attrait auprès des investisseurs étrangers, qui s’est notamment traduit par un bond de 0,5 ¢ US du dollar canadien.

Au Mouvement Desjardins, on s’est, au contraire, dit conforté dans la lecture qu’on avait déjà de la situation. Le communiqué de mercredi de la Banque du Canada « renforce notre scénario : le statu quo du taux cible des fonds à un jour devrait se prolonger tout au long de 2020 », a écrit son économiste principal, Benoit P. Durocher. « La porte n’est néanmoins pas complètement fermée à la possibilité d’une éventuelle réduction des taux d’intérêt directeurs », a-t-il cependant tout de suite ajouté.

La prochaine décision de politique monétaire de la Banque du Canada est prévue le 22 janvier. Elle s’accompagnera d’un portrait d’ensemble de la situation.