La SAQ affiche des bénéfices en hausse

La SAQ a été la seule des trois sociétés d’État commerciales à afficher un bénéfice en hausse à son plus récent trimestre.
Photo: Michaël Monnier Le Devoir La SAQ a été la seule des trois sociétés d’État commerciales à afficher un bénéfice en hausse à son plus récent trimestre.

La SAQ a amorcé son exercice financier 2019-2020 avec un bénéfice en hausse.

Pour son premier trimestre clos le 22 juin, la SAQ a réalisé des ventes de 763,6 millions, en hausse de 8,9 millions ou de 1,2 % par rapport au premier trimestre de l’exercice précédent. Son bénéfice net a été de 260,8 millions, en augmentation de 0,3 %. En volume, les ventes sont demeurées stables à 39,7 millions de litres.

Les ventes du réseau des succursales ont atteint 693,2 millions, soit une hausse de 19,3 millions ou de 2,9 %. Celles enregistrées dans le réseau des grossistes épiciers ont diminué de 10,4 millions, ou de 12,9 %, pour se situer à 70,4 millions. Cette baisse « est principalement attribuable à l’important niveau de commandes enregistré par ce réseau auprès de la SAQ lors du quatrième trimestre de 2018-2019 », a indiqué la société d’État.

Loto-Québec et Hydro en baisse

La SAQ a été la seule des trois sociétés d’État commerciales à afficher un bénéfice en hausse à son plus récent trimestre. Vendredi, Loto-Québec déclarait avoir comptabilisé un bénéfice en baisse de 6,2 % entre les deux premiers trimestres de comparaison, alors que ses revenus ont reculé de 4,4 %. Le profit net s’est établi à 337,4 millions au cours du trimestre clos le 24 juin, comparativement à 359,8 millions. Les revenus se sont pour leur part établis à 656,1 millions en regard de 686,5 millions. Les produits du secteur des loteries ont chuté de 11,6 % pour s’établir à près de 216 millions.

763,6 M$
C’est le montant total des ventes réalisées par la SAQ pour son premier trimestre clos le 22 juin, en hausse de 8,9 millions ou de 1,2 % par rapport au premier trimestre de l’exercice précédent.

Pour sa part Hydro-Québec a vu ses profits plonger au deuxième trimestre, évoquant notamment des conditions printanières ayant freiné ses exportations. Elle a inscrit un bénéfice net de 264 millions, en fort recul par rapport à 623 millions au deuxième trimestre l’an dernier, lorsqu’un gain non récurrent de 277 millions lié à la vente d’une participation majoritaire de sa filiale TM4 avait été comptabilisé. Mais même en excluant cet élément, les profits de la société d’État ont fléchi de 23,7 %, ou 82 millions, au cours de la période de trois mois terminée le 30 juin. Les revenus ont reculé d’environ 11 %, à 2,93 milliards.

En revanche, après six mois, le bénéfice net d’Hydro-Québec s’est établi à 2,04 milliards, en hausse de 2,5 % par rapport à l’an dernier. Les revenus ont décliné d’environ 2,7 %, à 7,57 milliards.