Hydro: le projet Northern Pass est mort et enterré

Le Northern Pass, qui devait contourner la région des montagnes Blanches, avait obtenu plusieurs permis avant d’être bloqué par la Commission d’examen du site au New Hampshire l’an dernier.
Photo: Archives Le Devoir Le Northern Pass, qui devait contourner la région des montagnes Blanches, avait obtenu plusieurs permis avant d’être bloqué par la Commission d’examen du site au New Hampshire l’an dernier.

C’est officiel. Le Northern Pass, un des projets sur lesquels misait Hydro-Québec dans le but d’exporter de l’hydroélectricité dans la région de la Nouvelle-Angleterre, vient d’être enterré par Eversource, son promoteur américain.

Une semaine après avoir essuyé un revers auprès de la Cour suprême du New Hampshire, le partenaire de la société d’État a confirmé qu’il n’était désormais « plus probable » que cette ligne de transport puisse voir le jour. Ce constat est brossé par l’entreprise américaine dans un document déposé auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC) — le gendarme boursier américain. Eversource a englouti 318 millions de dollars américains dans le projet et inscrira une charge après impôts de 200 millions, est-il indiqué dans le document. « Il n’y a assurément plus de possibilités pour ce projet », a indiqué un porte-parole d’Eversource, William Hinkle, vendredi dans un courriel, en précisant que « toutes les options » avaient été étudiées par la compagnie.

Un obstacle au tourisme

Dans son arrêt, la Cour suprême du New Hampshire avait confirmé la décision du comité d’évaluation des sites de l’État concernant les préoccupations des communautés et des écologistes, selon lesquelles le projet Northern Pass nuirait à l’industrie du tourisme de la région et à la valeur des propriétés. Cette ligne de transport, qui devait contourner la région des montagnes Blanches, avait déjà obtenu des permis de la part du département de l’Énergie et du U.S. Forest Service. Il s’était toutefois buté à la Commission d’examen du site au New Hampshire.

Initialement, Hydro-Québec misait sur le Northern Pass, qui devait coûter 680 millions pour la portion québécoise et 1,6 milliard $US au sud de la frontière, pour acheminer au Massachusetts annuellement 9,45 térawattheures (TWh) pendant 20 ans, à compter de 2020. Cet État américain a plutôt opté pour le New England Clean Energy Connect, dont le tracé doit passer par le Maine. Ce projet, qui doit être réalisé par Hydro-Québec et Central Maine Power, doit encore obtenir de nombreuses approbations.