Cannabis: Aphria poursuit sa chute en Bourse

Le titre d’Aphria perdait encore 21,2% mardi pour clôturer à 5,99$ à la Bourse de Toronto.
Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne Le titre d’Aphria perdait encore 21,2% mardi pour clôturer à 5,99$ à la Bourse de Toronto.

Le producteur de cannabis Aphria a indiqué mardi qu’il appuyait ses activités en Amérique latine, ses actions ayant continué à baisser dans la foulée de la publication d’un rapport de vendeurs à découvert qui a soulevé des questions sur les acquisitions de la société dans la région.

Le chef de la direction de l’entreprise, Vic Neufeld, a affirmé que l’acquisition de licences et d’autres actifs et activités connexes en Colombie, en Argentine et en Jamaïque, ainsi qu’un droit de première offre et de refus au Brésil, constituaient un accord stratégique important. Selon M. Neufeld, le producteur de Leamington, en Ontario, a réalisé des progrès considérables en matière de soutien et de développement de ses activités sur le terrain en Amérique latine et dans les Caraïbes depuis la conclusion de l’accord, en septembre.

En compagnie d’autres membres de l’équipe de direction de la société, M. Neufeld a souligné avoir personnellement acheté lundi pour plus de 3,1 millions de dollars d’actions d’Aphria, démontrant ainsi sa confiance envers la société. « C’est l’engagement de notre équipe incroyable et de nos partenaires qui nous a menés là où nous nous trouvons actuellement, et qui a fait d’Aphria un succès mondial du secteur du cannabis », a affirmé M. Neufeld.

5,99 $
La valeur du titre d’Aphria à la clôture de la Bourse de Toronto, mardi

Les actions d’Aphria ont chuté de près de 28 % lundi, après que des vendeurs à découvert eurent qualifié le producteur canadien de marijuana de « trou noir » et affirmé que ses récentes acquisitions internationales totalisant environ 280 millions étaient « essentiellement sans valeur ». Le titre d’Aphria perdait encore 21,2 % mardi pour clôturer à 5,99 $ à la Bourse de Toronto.

Les firmes Quintessential Capital Management et Hindenburg Research, qui ont une position à découvert sur l’action d’Aphria, ont estimé que les acquisitions du producteur en Amérique latine avaient été effectuées à des prix « considérablement gonflés » et d’une manière qui, à leur avis, profite à un groupe d’initiés. Aphria, une des plus grandes sociétés canadiennes de cannabis au chapitre de la valeur boursière, a qualifié les allégations des vendeurs à découvert de « fausses et diffamatoires ».

 

À voir en vidéo