Boralex en manque de vent

Photo: Byron Moore / Getty Images

Au troisième trimestre, Boralex a souffert des caprices de dame Nature, alors que le vent n’a pas été au rendez-vous aux endroits où se trouvent ses sites de production d’énergie éolienne en France. L’entreprise, également présente dans les secteurs hydroélectrique, thermique et solaire, a ainsi affiché une perte nette de 34 millions, ou 43 ¢ par action, pour la période de trois mois terminée le 30 septembre. L’augmentation de la perte nette s’explique également par une augmentation des frais d’amortissement, de ceux découlant des acquisitions ainsi qu’à une hausse de 3 millions des charges financières. Des conditions météorologiques défavorables ont également affecté des centrales hydroélectriques au Canada ainsi qu’aux États-Unis. « Bien que les résultats soient en deçà de nos attentes, nous continuons de générer une hausse des revenus tirés des ventes d’énergie et du bénéfice d’exploitation », a rappelé Boralex. Les recettes récoltées grâce à la vente d’énergie sont passées de 74 millions il y a un an à 79 millions au troisième trimestre de l’exercice en cours. Malgré la performance de Boralex au troisième trimestre, Bill Cabel, de Desjardins Marché des capitaux, a estimé, dans une note, que l’entreprise avait d’intéressantes avenues de croissance devant elle.