Brexit: scénarios du meilleur et du pire

La Banque d’Angleterre a présenté au gouvernement britannique des scénarios du meilleur et du pire en cas de Brexit, rapportait vendredi la presse nationale. Si le projet de Londres de zone de libre-échange était accepté par l’Union européenne, l’économie britannique pourrait connaître un rebond de 16 milliards de livres (27 milliards $CAN) qui compenserait aux trois quarts les pertes de croissance provoquées par le référendum du Brexit en juin 2016. À l’inverse, en cas d’absence d’accord, les prix de l’immobilier chuteraient de 25 à 35 % en trois ans, le taux de chômage passerait de 4 % aujourd’hui à plus de 10 % et le transport aérien et ferroviaire entre le Royaume-Uni et l’UE serait bloqué.