Uni-Sélect a été freinée par ses activités canadiennes

Boucherville — La croissance des activités américaines et britanniques d’Uni-Sélect lui a permis d’afficher vendredi un profit net en hausse de 30,1 % et un chiffre d’affaires en progression de 35,6 % pour son deuxième trimestre, des gains qui ont été amoindris par la faiblesse du marché canadien. Le fabricant de pièces d’automobiles de Boucherville a réalisé un bénéfice net de 17,9 millions $US, soit 42 ¢US par action, pour le trimestre clos le 30 juin. En comparaison, il avait engrangé un profit net de 13,7 millions, ou 32 ¢US par action, pour la même période un an plus tôt. Les revenus ont bondi à 461,6 millions, comparativement à 340,3 millions. Pas moins de 95 % de cette augmentation était attribuable aux récentes acquisitions d’Uni-Sélect, notamment au Royaume-Uni. Le secteur des produits canadiens a affiché une croissance de 6,7 % de ses ventes, un gain notamment attribuable à l’impact du dollar canadien et aux récentes acquisitions. Ce groupe a cependant enregistré une décroissance interne de 3 %, essentiellement en raison d’un ralentissement du marché.