Transat lesté par le carburant

Le prix du carburant d’aéronef a bondi de 11 % depuis avril.
Photo: BriYYZ / CC Le prix du carburant d’aéronef a bondi de 11 % depuis avril.

Le prix du carburant d’aéronef a bondi de 11 % depuis avril. Transat A.T. ne prévoit pas de pouvoir ajuster ses prix en conséquence alors que s’amorce sa haute saison d’été.

« Dans la mesure où ces tendances se maintiennent, et compte tenu de la hausse récente et significative du coût du carburant d’aéronef, la Société prévoit au deuxième semestre des résultats globaux inférieurs à ceux de l’an dernier », peut-on lire dans le communiqué. Au deuxième semestre de 2017, Transat avait inscrit un bénéfice net ajusté de 73,2 millions sur des revenus de 1,4 milliard.

La concurrence sera très forte. Selon ses données, le nombre total de sièges offerts entre le Canada et l’Europe sera en hausse de 9,5 % cet été. Transat a accru sa capacité de 15 % pour la période de mai à octobre 2018. Ses principaux concurrents, Air Canada et Westjet, ont augmenté la leur de 8 % et 16 % respectivement. À ce jour, 64 % de l’offre estivale de Transat est comblée, à un prix supérieur de 1 %. Ce faisant, sur le marché transatlantique, l’entreprise estime que l’impact de la hausse du coût du carburant, combinée à la variation des devises, entraînera une hausse des charges opérationnelles de 7,2 % si le coût du carburant d’aéronefs et le dollar demeurent stables. Sur le marché des destinations soleil, Transat a accru sa capacité estivale de 5 %. À ce jour, 53 % de cette offre est comblée. Sans nouvelles variations défavorables, l’augmentation du coût du carburant et l’impact du jeu des devises provoqueraient une hausse de 2,3 % de ses charges opérationnelles.

Transat dévoilait jeudi ses résultats du deuxième trimestre et, donc, du premier semestre de son exercice se terminant le 31 octobre. Le voyagiste intégré a comptabilisé des revenus semestriels de 1,6 milliard, en hausse de 54,1 millions ou 3,4 % comparativement au semestre clos le 30 avril 2017. Les voyageurs ont crû de 5,4 % sur le marché des destinations soleil, de 14,8 % sur le marché transatlantique. Et les prix de vente moyens ont légèrement augmenté sur l’ensemble des marchés.

Pour ce semestre d’hiver, les activités se sont soldées par une perte d’exploitation ajustée de 24,5 millions, par rapport à 35,6 millions en 2017. La diminution de la perte d’exploitation a toutefois été atténuée par la baisse des coefficients d’occupation sur l’ensemble des marchés, a précisé Transat.

Au 30 avril, la trésorerie et les équivalents de trésorerie de Transat s’établissaient à 903,3 millions, contre 566,3 millions un an plus tôt, l’augmentation découlant principalement du produit de la vente d’Ocean Hotels et du voyagiste réceptif Jonview. En y ajoutant les dépôts en fiducie, ce poste au bilan totalise 1,14 milliard.

L’action de Transat a terminé jeudi à 7,64 $, en baisse de 56 ¢ ou de 6,8 % par rapport à la veille. Ce cours confère à l’entreprise une capitalisation boursière de 286 millions.