Foxconn va investir 10 milliards aux États-Unis

La Maison-Blanche a tenu à souligner le rôle personnel joué par le président Donald Trump, qui vante souvent sa capacité à conclure un «deal».
Photo: Saul Loeb Agence France-Presse La Maison-Blanche a tenu à souligner le rôle personnel joué par le président Donald Trump, qui vante souvent sa capacité à conclure un «deal».

Washington — Le président Donald Trump a annoncé mercredi un investissement aux États-Unis de 10 milliards de dollars du géant taïwanais de haute technologie Foxconn, qui fabrique entre autres des téléphones pour Apple.

Selon un haut responsable de la Maison-Blanche, rien que la construction de l’usine — qui produira des écrans plats — dans l’État du Wisconsin créera 3000 emplois. Scott Walker, le gouverneur de l’État, a pour sa part promis 13 000 emplois dans ce qu’il a qualifié de « plus gros plan de développement économique de l’histoire du Wisconsin ».

Le président Trump, qui a fait de la création d’emplois sa principale promesse électorale, était bien présent pour l’annonce de l’investissement mercredi. « Pour faire un tel investissement, M. Gou [le p.-d.g. de Foxconn] a eu confiance dans le futur de la technologie américaine. En d’autres termes, si je n’avais pas été élu, il ne dépenserait pas 10 milliards de dollars », a déclaré Donald Trump devant la presse.

La Maison-Blanche a tenu à souligner le rôle personnel joué par le milliardaire, auteur dans les années 1980 du best-seller L’art de la négociation et qui vante souvent sa capacité à conclure un « deal ». « Ce qui les a poussés à s’engager ainsi, c’est le programme politique du gouvernement Trump, de la dérégulation au slogan “Acheter américain d’abord”, et l’engagement du gouvernement », a souligné un responsable de la Maison-Blanche.

« Comme la conversation avec Foxconn progressait, nous avons impliqué le président, qui a personnellement rencontré le p.-d.g. pour parler de la volonté du gouvernement de faire revenir aux États-Unis une production manufacturière qualifiée, voire très qualifiée », a-t-il ajouté.

« Monsieur le Président, je vous ai rencontré trois fois. Et chaque fois, vous avez mis l’accent sur le fait de produire aux États-Unis et de fournir du travail qualifié aux ouvriers américains », a déclaré Terry Gou lors de l’annonce.

L’usine sera construite dans le Wisconsin, dans la circonscription électorale de Paul Ryan, le chef de file des républicains à la Chambre des représentants, un allié parfois réticent du président, mais dont M. Trump a absolument besoin pour faire avancer son programme législatif.