À 2,6%, la croissance a été vigoureuse en 2014

Vue de Londres et de son secteur financier, lequel a contribué à la bonne performance économique du pays en 2014.
Photo: Adrian Dennis Agence France-Presse Vue de Londres et de son secteur financier, lequel a contribué à la bonne performance économique du pays en 2014.

Londres — Le Royaume-Uni a connu une vigoureuse croissance de 2,6 % en 2014, bien plus que ses principaux voisins européens, et le gouvernement du conservateur David Cameron s’est immédiatement attribué ce succès à cent jours d’élections à l’issue incertaine.

L’Office des statistiques nationales (ONS) a annoncé mardi que le PI du pays avait augmenté de 0,5 % au quatrième trimestre par rapport au troisième. Le rythme de la croissance a un peu ralenti par rapport à celui du début de l’année : l’activité dans les services, qui comprend notamment le puissant secteur financier de la City de Londres, est restée dynamique pendant l’automne, mais celle de la construction a diminué.

Pour l’ensemble de 2014, la croissance britannique a néanmoins atteint un niveau confortable, bien supérieur à celui de l’Allemagne (1,5 % en 2014) et à celui prévu pour la France (0,4 %). Des estimations préliminaires de la Commission européenne, datant de novembre, ont affirmé que le Royaume-Uni avait repris à la France la cinquième place économique mondiale à la faveur de cette accélération. La croissance aux États-Unis pourrait avoir atteint de son côté entre 2,3 % et 2,4 %, d’après la banque centrale américaine, bien que certains analystes s’attendent à davantage.

Le ministre britannique des Finances, George Osborne, a quoi qu’il en soit déjà affirmé que son pays avait connu « la croissance la plus rapide de toutes les économies majeures » de la planète. Le pays n’avait pas connu une activité aussi vigoureuse depuis 2007, juste avant la crise financière internationale qui avait entraîné une sévère récession.


« Avec un climat international qui se dégrade et à cent jours des élections, ce n’est pas le moment d’abandonner nos plans et de ramene le Royaume-Uni vers le chaos économique », a averti M. Osborne sur Twitter sitôt les chiffres de mardi publiés. Les élections législatives auront lieu dans le pays le 7 mai, avec un résultat très incertain. Les conservateurs conduits par David Cameron mettent en avant cette reprise économique pour conserver le pouvoir. Mais les travaillistes d’Ed Miliband, qui vise le 10, Downing Street, soulignent que la majorité des Britanniques ont vu leur pouvoir d’achat s’effriter ces dernières années.