Étude fédérale - De l’«argent qui dort», vraiment?

Un document d’information interne préparé à l’intention du ministre des Finances, Jim Flaherty, affirme que les entreprises ne devraient pas être blâmées parce qu’elles conservent d’importantes quantités d’argent.

« Bien que les entreprises non financières du pays détiennent plus d’argent que jamais, elles semblent avoir des raisons d’affaires et économiques légitimes pour le faire », indique un résumé du document.


« La transition vers des réserves de liquidités plus importantes… ne s’est pas faite au détriment d’investissements moins volumineux en capital, ou de versements de dividendes moindres. »


Le document du 20 février a été produit plusieurs mois après que l’ex-gouverneur de la Banque du Canada Mark Carney eut fait sien l’argument voulant que les entreprises aux poches profondes ne prenaient pas suffisamment leurs responsabilités.


Lors d’un passage inhabituel au congrès des Travailleurs canadiens de l’automobile (TCA), en août dernier, M. Carney avait fait directement référence à l’« argent qui dort » des entreprises. « Si les entreprises ne peuvent décider quoi en faire, elles devraient alors le verser aux actionnaires, qui trouveront quelque chose », a-t-il dit lors d’une conférence de presse.


Des milliards


Un document des TCA parlait d’une « énorme quantité d’argent, amassée par des entreprises privées qui réalisent littéralement plus de profits qu’elles n’ont d’idées pour utiliser ces fonds ».


Le ministre Flaherty avait plus tard appuyé M. Carney, affirmant qu’« à un certain moment, il ne revient pas au gouvernement de stimuler l’économie, il en revient plutôt au secteur privé, et il dispose de vastes quantités de capital ». L’épisode avait provoqué une réaction du côté de Bay Street.


Selon l’étude, toutefois, dont La Presse canadienne a obtenu copie en vertu de la Loi sur l’accès à l’information, « il n’est pas clair que les entreprises disposent de quantités « excessives » de liquidités ».


Les estimations concernant ce « bas de laine » varient, en fonction de ce qui est compté. Une estimation revue de Statistique Canada, parue la semaine dernière, parle d’un total d’environ 544 milliards pour le premier trimestre de l’année ; la plupart des économistes évoquent une somme dépassant les 500 milliards.

6 commentaires
  • Maxime St-Jacques - Inscrit 25 juin 2013 04 h 57

    De l'argent qui dort profondément...

    Depuis le temps (1535) que les titres babcaires ont été autorisés (François 1er), il faut dire que la valeur de l'argent par rapport aux ressources a été prisée.

    Argument (contre) numéro un:
    C'est normal, la dette souveraine est là pour que l'économie puisse fonctionner et exercer librement la raison de l'état de pourvoyeur économique;

    Deuxièmement, même si le risque est trop grand, on ne peut pas accuser la reine d'Angleterre pour si peu...

    Ainsi, l'argent n'a pas fait le monde, mais s'il achète le silence, il y a bien trop longtemps que nos ministres eux dorment dans leur bas de laine pour qu'il leur reste de l'économie. Les prix ont augmentés de près de 300% depuis que je suis né.

    La dette souveraine n'est donc pas là pour être remboursée, mais si la Reine endosse le chèque, je vous la rembourserai votre planète, sinon il vous faudra NASA2, NASA 3 et tout est fini en moins de 25 ans minimum. merci

  • Jacques Patenaude - Abonné 25 juin 2013 08 h 24

    La politique des conservateurs est un échec.

    Je ne sais pas si cet argent dort ou s'il sommenole mais une chose est évidente maintenant: La prétention des conservateurs qui disaient que réduire les impôts de compagnies feraient en sorte de relancer l'économie et l'emploi par les investissements qu'elles feraient avec l'argent ainsi économisée n'a pas fonctionnée.

  • Michel Richard - Inscrit 25 juin 2013 13 h 11

    Pourtant

    Le taux de chômage au Canada est passé de 8,7% vers la fin 2009 à 7,1% aujourd'hui. Et à peu près un million d'emplois ont été créés entre juin 2007 et mai 2013.

    Le Canada a eu une des meilleures performances au monde, dans ce domaine, au cours des derniers 5 ans.

    Pourquoi dites-vous que la politique conservatrice à cet égard est un échec ?

    • Nicolas Bouchard - Inscrit 25 juin 2013 16 h 51

      @M. Richard

      Peut-être que ces emplois furent-ils principalement créés dans le secteur de l'énergie alors que le secteur industriel de l'est continue à avoir du plomb dans l'aile.

      Il serait intéressant d'avoir une répartition de la croissance économique du Canada par secteur et non seulement un tout.

      Nicolas Bouchard

  • Maxime St-Jacques - Inscrit 25 juin 2013 18 h 31

    La politique conservatrice est un échec, oui...

    La politique monétaire du fédéral est un échec parce qu'en imprimant de l'argent (et en émettant des titres de valeur d'échange en contrepartie de balance monétaire évidemment) on emprunte demain ce que l'on a pas créé aujourd'hui. Ainsi, l'argent que l'on imprime fait augmenter la balance monétaire per capita et exerce ainsi une pression ascendante sur la valeur des produits et services et donc, renforce le besoin d'exportation pour combler de déficit inflationniste. On crée de l'emploi à coirt terme pour voir du chômage et des fermetures à plus long terme, pendant que les politiques mondiales en terme de valeurs et devises tolèrent cette forme d'investissement par les politiques de stérilisation et d'équilibrage sur les taux de change mondiaux en ajustant la valeur des devises sur la moyenne des devises du monde entier. Ce qui affecte la valeur des devises étrangères favorisant les nôtres et nos exportations, décourageant ainsi les paus plus pauvres à la compétitivité et entraînant un cycle d'exploitation et de destruction monière causant les guerres. Et voilà pour le spectre de l'économie locale!

  • Maxime St-Jacques - Inscrit 25 juin 2013 21 h 51

    L'inflation ce n'est pas bon.

    J'ai hâte que tout le monde comprennent bien que imprimer de l'argent pour investir là où les besoins ne sont pas désservis pour la demande c'est l'optique d'ambition des politiques monétaires, mais qu'à l'inverse, créer de l'emploi en investissant otomatiquement dans sa propre économie crée l'inflation et le chômage à plus long terme.

    Et oui, on peut abuser d'une machine à impression de monnaie quand depuis longtemps on ne respecte pas les règles. La preuve, le Canada ne rembourse jamais sa dette (souveraine) et donc il continue impunément à créer inflation, chômage et iniquité de par toute la terre... parce que j'en ai mal aux yeux et aux fautes d'ortographes... Après plus de 3 ans à l'écrire jours et nuits.

    Mais merci,
    maxime St-jacques de Drummondville