Banque du Canada - Le gouverneur doit faire ses preuves

Stephen Poloz est, depuis hier, le nouveau gouverneur de la Banque du Canada.
Photo: La Presse canadienne (photo) Sean Kilpatrick Stephen Poloz est, depuis hier, le nouveau gouverneur de la Banque du Canada.

Ottawa – Stephen Poloz a pris officiellement la tête de la Banque du Canada lundi, et les comptables agréés semblent vouloir lui laisser le temps de faire ses preuves avant de se prononcer sur ses capacités à gérer la situation économique du pays.


Les résultats d’un sondage réalisé en mai portent à croire que la majorité des comptables agréés interrogés souhaitaient réserver leur jugement en ce qui a trait aux compétences de Stephen Poloz, dont la nomination a causé la surprise. Le coup de sonde commandé par l’Institut canadien des comptables agréés (ICCA) suggère que Stephen Poloz aura de grands souliers à chausser en succédant à Mark Carney à titre de gouverneur de la Banque du Canada. M. Carney a quitté son poste prématurément pour prendre les rênes de la Banque d’Angleterre.


Lorsqu’on a demandé aux comptables si la nomination de Stephen Poloz constituait une bonne chose pour l’économie canadienne, 56 % sont restés neutres ou n’ont pas voulu se prononcer. Les trois quarts des personnes interrogées ont par ailleurs dit souhaiter que le nouveau gouverneur de la Banque du Canada suive les mêmes politiques que son prédécesseur.


Près du tiers des comptables (32 %) estiment que le départ de Mark Carney aura des conséquences négatives sur l’influence du Canada sur la scène internationale, comparativement à 30 % qui ne voient aucun impact à ce chapitre.


Le coup de sonde a été réalisé par Harris-Decima auprès de 322 comptables occupant des postes de haut niveau. L’enquête a été menée par courriel.