Gildan, compagnie montréalaise repentie

Pour le spécialiste québécois du t-shirt, Gildan, la tourmente commence au début des années 2000. Maquila Solidarity Network, Oxfam Canada et Amnistie internationale Canada soupçonnent alors la société de licencier des travailleurs au Honduras pour éviter qu’ils ne forment un syndicat. L’épisode durera jusqu’en 2005, jusqu’à ce que les organismes des droits des travailleurs saluent les correctifs apportés par la compagnie.

Dix ans plus tard, Gildan, qui n’a plus d’ateliers de fabrication au Québec, est elle aussi présente au Bangladesh, où elle a acheté une usine de 2000 employés pour 15 millions en 2010... dans la division administrative de Savar, soit la même région où le Rana Plaza s’est effondré la semaine dernière. Mais elle a été prudente.


« Quand on l’a achetée, on l’a fait vérifier par des ingénieurs pour nous assurer de sa sécurité. Ils nous ont fait des recommandations pour l’amener à un niveau supérieur de sécurité, ce que nous avons fait », dit la directrice des communications, Geneviève Gosselin. « On veut pouvoir bien dormir le soir », a dit cette semaine le président de Gildan, Glenn Chamandy, lors d’un entretien au Globe and Mail.


Le chiffre d’affaires de la compagnie, qui comptait jadis 400 travailleurs dans la rue Louvain et en bordure de l’autoroute Côte-de-Liesse, est de 2 milliards. Sur ses 31 000 employés, 22 000 se trouvent en Amérique centrale. Le programme de conformité sociale est accrédité par la Fair Labor Association, alors que les usines de couture, dont certaines sont situées dans les Caraïbes, sont certifiées par le Worldwide Responsible Accredited Production.


Les entreprises sont-elles plus prudentes qu’auparavant ? « Ça dépend des compagnies », dit Kevin Thomas, du Maquila Solidarity Network, basé à Toronto. « Une compagnie qui a été éclaboussée par une campagne, par un scandale concernant son approvisionnement, a tendance à prendre des mesures. Ça ne veut pas dire qu’elles réussissent, mais elles sont plus sensibles. Gildan a fait des pas, même si on trouve encore des problèmes. Mais ils réagissent plus vite qu’auparavant. »